C'est avec la lumière qu'on chasse les ténèbres...



Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: Accueil & visiteurs :: Nouveaux :: Recensement :: Dossiers classés :: OubliettesPartagez | 


avatar
Invité
profil +
Message
Olibrius Maytrick // Auror // A stranger in his own land.   Mar 24 Oct - 15:56


Olibrius Maytrick


avec Misha Collins



:: Nom complet :: Olibrius Artemus Maytrick (Jr.).
:: Âge :: 40 ans
:: Statut :: Sorcier
:: Ascendance :: Sang mêlé.
:: Nationalité / Origines :: Je suis né en Grande Bretagne, à York.
:: Père :: Olibrius Maytrick Sr, Sang mêlé
:: Mère :: Caroline Bufford, Moldue
:: Statut marital :: Marié à mon travail Célibataire
:: Baguette :: Aucune // Mage Sans Baguette
:: Métier :: Auror.
:: Don(s) :: Aucun. Je suis cependant bien entraîné à l'Occlumancie, conformément au programme de formation des Aurors.



Ressortissant étranger

:: Pays d'origine :: Grande Bretagne. Mon cas est un peu particulier puisque mon père, autrefois employé au Ministère de la Magie a occupé le poste d'Ambassadeur du Ministère au Mozambique, en Afrique, poste pour lequel il fut désigné un an avant ma rentrée à Poudlard. J'ai donc pu bénéficier du programme passerelle afin d'accompagner mes parents en Afrique et intégrer l'école de sorcellerie de Uagadou (je n'ai cependant pas eu droit au Messager des Rêves pour mon admission).
:: En Angleterre depuis :: Je suis rentré au pays il y a quinze ans.
:: Double-nationalité souhaitée :: Ma seule nationalité est Britannique
:: Ecole où vous avez étudié :: Uagadou
:: C.R.O.C.O :: (Certificat Réglementé d'Occultisme du Cycle Obligatoire) - Diplômé

• Auto-Métamorphose → O
• Chamanisme → E
• Incantation Physique → O
• Alchimie → E
• Astronomie → P
• Histoire de l'Afrique Magique → A
• Botanique → E

• Créatures Magiques → P
• Numérologie → E

:: L.I.O.N ::  (Licence Intégrale d'Occultisme Nominatif) Diplômé

• Auto-Métamorphose → O
• Chamanisme → O
• Incantation Physique → E
• Alchimie → E
• Botanique → A

• Numérologie → A


 

Histoire & personnalité

:: Qualités :: Déterminé, observateur, plein de ressources, combattant compétent, travailleur, loyal
:: Défauts :: Cynique, imprudent, accaparé, se sent seul, orgueilleux, a du mal à faire confiance

:: Si vous étiez un sortilège :: Incarcerem. J'adore voir jaillir de mes mains ces chaînes ou ces cordages qui s'enroulent en un éclair autour des membres de l'adversaire. Quoi de plus jouissif que d'interrompre une poursuite avec ce sort ? Quoi de plus satisfaisant que de saucissonner un fugitif et de le traîner, sans qu'il ne subisse de blessure, au bureau des Aurors ? Je trouve, personnellement, que ce sort me va bien et qu'il pourrait décrire le travail des Aurors à la perfection : capturer le mal sans le blesser, si possible, afin que justice soit vraiment rendue.

:: Si vous étiez une créature magique :: Croyez moi, les créatures magiques, c'est pas mon fort. Je dirai cependant que le Sombral pourrait me ressembler. Incompris, d'apparence austère, il est cependant d'une agréable compagnie, pour peu que l'on fasse l'effort de surpasser sa première impression et qu'on lui tende la main.

:: Si vous étiez un rêve :: J'ai toujours regretté de ne pas avoir reçu ma Pierre de Convocation à mon admission à Uagadou. C'est bête, car j'imagine que tout le monde répond à cela par une ambition formidable, l'aboutissement de tous les efforts d'une vie... Mais moi, quand on me parle de rêve, je bloque sur ce passage manquant de ma vie, le point de départ de cette sensation de différence qui m'a collé à la peau pendant toute ma scolarité.

:: Si vous étiez un pêché inavouable :: Le péché d'Orgueil. J'ai longtemps eu l'impression d'être trop bien pour l'univers sorcier Africain. Mais c'était l'orgueil blessé qui parlait, écorché par le rejet que j'ai subi là bas et dont je suis en partie responsable. Aujourd'hui encore, ce pêché d'orgueil me poursuit dans mon travail et dans les rares rencontres qui se produisent dans ma vie.

:: Si vous étiez une odeur :: le fumet du Civet de Mouton que préparait ma mère, en Afrique, m'a toujours réconforté.

:: Si vous étiez une colère :: Parfois, lorsque mon esprit se met à partir dans un déballage d'images du passé, j'ai le souvenir douloureux de l'exclusion et, me voir, à onze ans, tout seul dans un autre pays, moqué... Et ça, ça me met en colère. Mais je crois que l'injustice est à égalité avec ce point.

:: Si vous étiez une faiblesse :: le repli sur soi-même qui t'empêche de demander de l'aide ou de parler. Pourtant, je m'inquiète pour les autres, le bien-être, le confort de mes proches et de mes collègues m'importe, mais je ne sais pas communiquer : je ne l'ai jamais appris, je crois.

:: Si vous étiez une passion :: Je n'ai que trop peu de passions. C'est certainement un domaine de ma vie que je néglige, car toute mon attention va dans mon travail. Mon supérieur me rappelle bien souvent que de me vouer uniquement à mon travail me coûtera ma santé, mais c'est plus fort que moi : je ne sais rien faire d'autre correctement. Alors, pour être plus efficace au travail, je médite, une pratique qui consiste à se concentrer sur sa respiration et à contempler le vide en soi pour discipliner son esprit. Les résultats, sur moi, sont variables.

:: Si vous étiez un dégoût :: A toutes les rentrées, à Uagadou, on nous servait un plat traditionnel sorcier d'Afrique, une purée de vers grillés dansants. A ce jour, j'ai encore l'impression qu'ils se trémoussent dans mes intestins et j'en ai des hauts le coeur à chaque fois que j'y repense.

:: Si vous étiez une discipline magique :: l'Auto-Métamorphose, sans hésiter. C'est probablement ce que j'ai préféré à Uagadou. Les Sorciers Africains sont particulièrement efficaces dans la métamorphose humaine, et cette discipline me procure un avantage indéniable sur mes collègues britanniques. A la manière d'un métamorphomage, je peux sans peine dissimuler mes véritables traits et les remplacer par ceux d'un autre, ou troquer ma main contre un marteau... Par exemple. De plus, l'auto-métamorphose me donne l'impression grisante de pouvoir être quelqu'un d'autre.

:: Si vous étiez un secret :: Difficile à dire. Bien que je sois très discret, je n'ai pas l'impression d'entretenir un secret personnel ou familial.

:: Si vous étiez une cause pour laquelle vous battre :: la justice. J'imagine que tous les Aurors donneront une réponse plus ou moins similaire. Nous nous battons pour sauvegarder la dignité des faibles, contre la corruption et l'avidité du pouvoir. C'est notre mission et je la prends très à coeur. S'il y a une chose que je ne tolère pas, c'est l'humiliation.

:: Si vous étiez quelqu'un qui vous fait du bien :: ma mère, qui est toujours en Afrique. Mes parents sont résidents permanents et ils jouissent d'une retraite bien méritée dans ce continent pour lequel ils ont eu un véritable coup de foudre. Très peu pour moi, mais ma mère me manque et, à l'exception de mes supérieurs du Ministère, c'est presque la seule personne qui m'envoie un vautour de temps en temps (oui, en Afrique, les Vautours sont l'équivalent de nos Hiboux).





Il y a 15 ans.
Bureau de recrutement des Aurors, Ministère de la Magie


L'homme assis droitement derrière son bureau en bois massif me donnait l'impression d'essayer d'être la personne la plus austère de nous deux. Du bout de ses longs doigts noueux, ce sorcier maigre et surmonté d'une calvitie avancée tournait mollement les pages de mon dossier. Je restai silencieux, suspendu à ses lèvres pâles. Il parût surpris, un instant, puis me lança un regard inquisiteur.

- Maytrick... Comme Maytrick, le diplomate ?

J'acquiesçait silencieusement, d'un signe de tête contrit.

- Je comprends mieux votre dossier avoua-t-il en extirpant quelques feuilles recouvertes d'encre. Je n'avais encore jamais vu ce genre de diplômes, je pensais qu'il s'agissait de contrefaçons ! lança-t-il en brandissant les papiers sur lesquels étaient inscrits les lettres C.R.O.C.O et L.I.O.N en lettres dorées.

- Il s'agit des diplômes décernés par l'école de sorcellerie Uagadou, sur la Montagne de la Lune. Ils sont tout ce qu'il y a de plus officiels et démontrent mon aptitude pour ce poste d'Auror, Monsieur... Le ton militaire était volontaire. Mon interlocuteur haussa les sourcils et marmonna un "moui" traînant et visiblement peu convaincu, ce qui suffit à allumer en moi le feu de l'agacement. ...Poste d'Auror que j'ai occupé en Afrique pour le compte de l'Assemblée des Marabouts Africains, Monsieur, qui sont, comme vous le savez certainement, l'équivalent du Ministère Britannique de la Magie. Ils n'appellent pas cela un Auror, d'ailleurs, ils nomment cette profession les "Chasse-Mal" continuais-je sur un ton ferme. Ce recruteur devait comprendre que je n'étais ni un débutant, ni un figurant et que je ne partirai d'ici qu'avec une affectation permanente.

Il posa les diplômes et attrapa un dossier relié. Ce sont vos états de service ? demanda-t-il avec un soupçon de contentement dans la voix, qui me fit dire qu'il n'était pas encore totalement mort à l'intérieur. - Absolument, Monsieur : postes occupés, missions accomplies, arrestations, récompenses, dans la limite de la confidentialité des affaires de l'Assemblée des Marabouts Africains. A nouveau, le contentement se manifestait chez mon interlocuteur qui opinait mécaniquement du chef à la lecture de mes compte-rendus et ordres de mission. Ses yeux s'attardaient sur les gros titres et, après une grosse poignées de secondes, il releva la tête, l'air ailleurs.

- Et comment va votre père ? lança-t-il, tout sourire. J'étais déstabilisé : cette question n'avait rien à voir avec l'entretien. Il va bien tranchais-je. Il profite d'une belle retraite au Mozambique, un pays qu'il a particulièrement apprécié durant ses décennies de bons et loyaux services, Monsieur.

- Et vous, l'Afrique ne vous manque-t-elle pas ? me demanda-t-il en haussant un sourcil curieux. Je répondais à cette question en toute franchise, sans aucune once d'hésitation. Je ne m'y suis jamais senti chez moi, Monsieur. J'ai apprécié mon travail de Chasse-Mal, mais je suis heureux de rentrer au pays. Ce que j'ignorais de préciser, c'était que mes années à Uagadou furent un véritable calvaire. Seul élève britannique dans un continent que les Moldus Britanniques et Européens avaient pillé, les mauvaises associations étaient vite faites. Je n'ai pas eu un seul ami et ma scolarité fut aussi triste et déprimante que possible, malgré mes excellents résultats. L'idée de vivre en Angleterre ne m'apportait qu'un réconfort modeste : finalement, je ne connaissais pas grand chose du monde magique britannique et je ne me sentais pas totalement chez moi ici non plus (un sentiment qui me poursuit encore aujourd'hui).

- Corrigez-moi si je fais erreur, mais j'ai entendu dire que les sorciers, là bas, n'utilisent pas de baguette ? Est-ce exact ? J'imagine que les sorts doivent être moins puissants, cela dit, osa-t-il, à la fois curieux et condescendant.

Mes yeux se promenèrent dans la pièce, le long des meubles soigneusement disposés, jusqu'à se poser sur un vase grotesque dans lequel baignaient des fleurs criardes quasiment fanées. D'un geste, je désignais ce vase de la main et il explosa en éclaboussant toute une pille de dossiers, dans un tiroir ouvert. Puis, lentement, ma main se tourna. Mes doigts se refermèrent les uns après les autres sur la paume de ma main et tous les éclats du vase vinrent se souder à nouveau les uns aux autres. En quelques secondes, c'était comme si rien ne s'était passé. Je regardais alors le recruteur avec un air satisfait. C'est exact, Monsieur. Non seulement nous sommes aussi efficace qu'un sorcier qui canalise la magie avec une baguette, mais nous sommes aussi nettement moins prévisibles.

Il attrapa une plume et fit un gribouillage d'un air confiant sur mon dossier. Il n'avait pas l'air de m'en vouloir pour les dossiers encore imbibés d'eau. - Bien. Ce que j'ai sous les yeux me convainc. Nous allons procéder à un examen de santé afin de constater que vous n'êtes pas sous l'emprise d'un maléfice ou d'une quelconque malédiction et nous vous donnerons votre première affectation. Un jour, un jeune homme tel que vous a été intégré à nos services et nous n'avions pas remarqué qu'il était touché par le maléfice de la Kleptodésordonnie. Il passait son temps à voler du matériel et des papiers pour les disséminer dans tous les bureaux du Ministère. Nous avons perdu énormément de temps avant de comprendre pourquoi tout disparaissait systématiquement ! conclut-il en riant. C'est drôle, on dirait une personne totalement différente. Ensuite, poursuivit-il, vous entamerez une période d'essais à l'issue de laquelle vous pourrez prétendre à un poste de titulaire. Nos effectifs sont diminués et, par conséquent, les promotions arrivent rapidement.

J'acquiesçai et tendit une main ferme à cet homme qui me la serra avec autant de poigne. - Merci, Monsieur, j'ai hâte de commencer. lançais-je avec un sourire confiant, le premier de la journée. Puis, je poussai consciencieusement ma chaise sous le bureau du recruteur avant de prendre la porte. Encore une fois, je m'enfermais dans ce que je savais faire de mieux : un travail risqué et chronophage pour ne pas penser à moi et à mes sentiments. Parfait.




Partie du joueur

:: Votre pseudo / votre âge :: Froob, 24 ans Smile
:: A première vue, comment trouvez-vous le forum ? :: Je l'ai tout de suite trouvé cool, d'où mon inscription. J'aime bien le fait que l'attention ne soit pas portée sur Poudlard spécialement, mais sur le monde magique dans son ensemble.
:: Comment l'avez-vous déniché ? :: PRD, je crois Smile
:: Qu'attendez-vous de lui ? :: Une ambiance sympa et des intrigues palpitantes.
:: Avez-vous un double-compte ici ? Si oui lequel ? :: non
:: Souhaitez-vous être guidé(e) dans vos premiers pas ? :: Pour l'instant, je n'en ressens pas le besoin.
:: Quelque chose à rajouter ? :: Non. A moins d'avoir raté un code de validation o/






profil +
Message
Re: Olibrius Maytrick // Auror // A stranger in his own land.   Mar 24 Oct - 20:06


BIENVENUE
En Grande-Bretagne !
Modalités complémentaires




Cher Olibrius Seltrick,

Au regard de la loi britannique, vous êtes admissible sur le territoire en tant que résident permanent à titre d'Auror au ministère de la magie. Vous aurez accès à tous les étages du bâtiment et trouverez les missions prioritaires dans vos quartiers [actuellement en construction, mais ça vient !]. Postez régulièrement les liens de vos missions achevées dans le compte Gringotts que vous créerez sous peu, et votre salaire tombera à la fin du mois. Vous serez rémunéré 30 gallions par mission.

Maintenant le verdict : votre profil au mille facettes ne nous a pas facilité la tâche mais nous avons décelé un profond attachement à la justice, une hardiesse et une détermination suffisantes pour vous classer parmi les sorciers vaillants de notre base de données.

Par où commencer ?

Vous devez d'ores et déjà inscrire votre avatar dans le registre identitaire, ouvrir un compte chez Gringotts et vous mettre en quête d'une cave pour entreposer vos effets personnels à l'emplacement de votre futur logement, jusqu'à ce que vos gallions soient suffisamment conséquents pour transformer cette cave en incroyable manoir. Château ou pas, c'est à cet endroit qu'une pensine prête à recevoir vos récits achevés sera entreposée par l'un de nos employés. Pour recevoir votre courrier, vous devrez inscrire votre volière très rapidement dans l'annuaire de Grande-Bretagne. Vous aurez également la possibilité de raconter plus amplement votre histoire en proposant un livret personnalisé. Pour commencer votre épopée britannique, n'hésitez pas à poster dans la section de recherche "Need RPG", qu'il s'agisse d'un lien ou d'un contexte. Et pour pimenter vos missions sur le forum, pensez à jouer à l'Impero Game.

Le gala du Ministère n'attend plus que vous ! Il se tient en juillet 2005 (léger flashback, donc), il est accessible à tous les sorciers, et il introduira votre histoire en plus de vous faire découvrir les autres plumes qui peuplent la Grande-Bretagne.

Si des questions demeurent, faites-en part à ma secrétaire, et si vous avez besoin de corriger n'importe quel soucis technique lié à votre participation il faudra vous diriger vers le bureau des réclamations. Vérifiez toutefois qu'aucune interrogation n'a été traitée dans le règlement.


Bien cordialement,

- K. Shacklebolt
Ministre de la Magie





Ministre de la Magie

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Olibrius Maytrick // Auror // A stranger in his own land.   Mar 24 Oct - 22:43


Certificat
Achat d'un bien immobilier
" Pour une vie de rêve "





Le 24/08/2005

Je, soussigné Olibrius Seltrick, atteste par la présente l'acquisition du bien immobilier "cave 2" d'une valeur de 0 gallions, situé au Chemin de Traverse, à Londres.


Olibrius Seltrick







Ministre de la Magie

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: Accueil & visiteurs :: Nouveaux :: Recensement :: Dossiers classés :: Oubliettes-


Sauter vers:  
IRP - 2e partie de Février 2006

Plan des quartiers