Magic Never Dies :: Outils du sorcier :: Effets personnels :: Pile de dossiers :: ParcheminsPartagez
Eden Taylor
Eden Taylor
MARG. Journaliste ☨ Modératrice
MARG. Journaliste ☨ Modératrice
profil +
Pseudo IRL : Mystère !
Parchemins : 189
Avatar : Cindy Kimberly
Statut HRPG : Présent
Activité RPG : Régulière
Nouveaux RPG : Acceptés
Sorcier de sang-pur
Legilimens (faculté apprise, fait connu du Ministère)
Occlumens (faculté apprise, fait connu du Ministère)
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Niveau : Intermédiaire
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Son âge : 25 ans
Origines : Anglo-italiennes
Baguette : bois de saule pleureur et ventricule de dragon
Permis de transplanage :

Porte-monnaie (G) : 168
Gringotts : Coffre-fort

Activité propre : Journaliste à la Gazette
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Patronus : Ours
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Matière ♥ : Histoire de la magie
Matière ⚡️ : Botanique
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide
Des lettres à la Taylor 1567615149-du-vide



http://www.magicneverdies-rpg.com/t408-eden-taylor-la-voix-de-la-verite http://www.magicneverdies-rpg.com/t379-chemin-de-traverse-voliere-de-eden-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/f91-cave-d-e-taylor http://www.magicneverdies-rpg.com/t328-eden-taylor
Afficher les informations du joueur ↓

Message
Des lettres à la Taylor   Des lettres à la Taylor EmptyLun 3 Déc - 22:20

Cher JamesJe ne sais même pas pourquoi je te dis cher. Tu es loin de l'être. Je t'écris cette lettre parce que aujourd'hui n'est pas un jour anodin car si tu étais encore en vie, cela ferais dix ans que nous nous serions connus. Alors dans cette lettre je voudrais que l'Eden de quatorze, quinze et seize ans parle. Je voudrais que mon corps entier te parle, parce que tu m'a fait James, personne ne devrait jamais le subir. Parfois je suis simplement allongée sur mon lit, les yeux fermés, et tu me reviens. Dix ans sont passés et tu continue a revenir comme si de rien n'était, comme si ce qui s'est passé entre nos datait du jour précédent. Et dans ces moments là je n'ai personne, j'ai seulement moi. Je suis seule et je l'ai toujours été, je le serais surement toujours et ça au grand malheur de ma mère. Quand je pleure, seule, dans le noir, en espérant que quelqu'un me vienne en aide, que quelqu'un me sorte de là, je me souviens de la chaleur de tes bras. Je me souviens de ton parfum, du gout des tes baisers et de notre passion amer. Amer. N'est-ce pas le mot idéal pour nous définir ? Ou peut-être est-ce "ridicule" ?  

Mais dans ces moments là, même si ce sont les bons souvenirs qui se font de la place en premier, les mauvais ne sont jamais bien loin. Après la chaleur de tes bras je sens tes puissantes mains s'abattre sur mon corps. Après la douceur de ton parfum vient la violence de ta personne. Après la suave saveur de tes baisers vient la cruauté de tes paroles. Et après l'amertume de notre passion viens cette chose que je ne peux même pas prononcer. Cette chose qui me déchire, qui me hante, qui me fait me tordre de douleur et me donne la nausée encore aujourd'hui. J'y ai pensé tu sais, au suicide. Les tours de Poudlard sont hautes, très haute, et se jeter est si simple. Il te suffit d'un pas pour que tout s'arrête. Un battement de cil, une grande inspiration, un dernier vol plané et tout ça qui s'envole. Mais Eden n'a jamais été comme ça alors au lieu de faire un pas en avant j'en ai fait un en arrière et j'ai affronté la vie en face.

Tu te souviens James de ce soir là ? C'était un soir sombre, l'orage était menaçant. J'étais dehors, dans le parc, je n'arrivais pas à dormir. J'ai entendu des pas derrière moi et j'ai tout de suite compris que c'était toi. Tu t'es assis à côté de moi et tu m'a dit que tu voulais te faire pardonner. Je t'ai dit de me laisser tranquille mais tu m'a suivie dans les couloirs du château avant de me coincer dans un coin sombre. Le pire c'est que je reconnaissais ton parfum, ton corps, je connaissais tes mouvements, je te connaissais si bien. Pourtant tu me brisais. Je pleurais en silence parce que tu m'avais tellement battue que je n'avais même plus la force de résister. Personne n'a entendu ou du moins personne n'a voulu intervenir. Et depuis ce jour là, je ne suis plus la même.

Comment as-tu pu me faire ça James ? À moi qui t'admirais, qui t'aimais au point de t'idolâtrer. J'aurais aimé avoir le courage de te dire ces choses de ton vivant James. J'aurais aimé avoir le courage de crier sur tout les toits ce que tu m'a fait mais je ne pouvais pas, je n'avais pas la force. Après tout, je n'avais même pas seize ans. De plus j'étais, et je suis encore, une sang-pure, ce qui signifie règles, principes, morale. Et toi tu m'a volés mes principes. Tu m'a volé tellement de choses que jamais je ne pourrais avoir en retour.

Personne ne sait ce que tu m'a fait, parce que personne n'a jamais su pour nous deux, pour nos escapades, pour notre tout. Je n'ai jamais vraiment eu d'amis mise à part Victoria et tu m'a muselée. Et quand tout ça s'est fini, ce ne fut que misère, dégringolade et malheur. Tes humiliations, ta colère contre moi quand je t'a menacé alors que je voulais simplement me proteger. Je n'étais qu'une enfant et je comprenais la moitié de ce que je disais mais toi tu étais presque adulte James et certaines choses ne peuvent juste pas être pardonnées, juste pas être oubliée.

Je vais te raconter quelque chose. Un jour une fille que je ne connaissais m'a trouvée dans les toilettes à pleurer seule. C'était une Gryffondor, je ne connaissais pas son nom mais elle a été très douce avec moi. Et j'ai craqué. Je lui ai tout raconté, notre amour, notre relation, quand je t'a découvert avec une autre, comment tu m'a manipulée. Tout, même la partie sombre. Elle m'a dit tu dois en parler. Je n'ai jamais pu en parler à personne d'autre qu'à cette inconnue parce que j'avais peur de toi. Et encore aujourd'hui je n'en parle pas parce que je continue à avoir peur de toi.

Je pensais qu'avec ta mort tout se serait arrêté mais non, tu vis encore en moi comme avant. Je ne veux plus de toi et je t'écris cette lettre dans l'espoir de ne plus me réveiller en pleine nuit, en sueur, et de passer mes doigts sur la cicatrice que j'ai sur la hanche, vestige de ces luttes que je ne pouvais que perdre. Tu étais ma douceur, ma candeur, tu étais ma vie. Tu m'as arraché toutes ces choses et maintenant je ne suis plus que Eden Taylor, la femme de glace.
© 2981 12289 0



The taste of the truth
The perfume of the lie


 Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Outils du sorcier :: Effets personnels :: Pile de dossiers :: Parchemins-


Sauter vers:  
ContexteVoir la date du jourRythme de jeuMétéo britannique