C'est avec la lumière qu'on chasse les ténèbres...



Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
Partagez | 


profil +
Message
"L'ombre menteuse." Ft. Félix Harrington.    Dim 3 Juin - 17:01

L'Ombre menteuse.
Kalis&Félix.


Quoi de plus beau, qu'une petite Lumière qui sautille dans l'Ombre en réussissant à la troubler ? L'Ombre n'est jamais trop vulnérable à la Lumière. Et la Lumière n'est jamais trop forte pour l'obscurité. Mais parfois tout comme l'ombre, elle se camoufle et se noie dans le noir pour mieux apparaître éclairer le chaos. C'est ce qu'est Kalis. Quelque chose de minuscule, dans une fourmilière géante, qui brille sans jamais s'éteindre. Parfois, il lui arrive de sortir du rang pour mener à bien ses projets et oublier qu'il n'est qu'un homme parmi d'autres. Ce jour là, il avait fini par sortir de la foule pour rejoindre les confins des Ténèbres, dans une des ruelles sombres de l'allée des embrumes. Aujourd'hui, il avait beaucoup observé parce qu'en vérité, c'était peut être l'une des seules choses qu'il savait vraiment faire. Mais que les autres ne se méprennent pas : l'observation est un art minutieux réservé à ceux qui acceptent de tout voir.

Et en vérité, quand on commence à se plaire au jeu, ce qui est dangereux, c'est qu'on ne s'arrête pas. Parce que chaque petit détail peut nous apparaître comme le plus précieux, et quand on cherche une aiguille dans une botte de foin, on finit toujours par la trouver. Kalis était une vraie loupe humaine. Rien ne lui échappait et tandis que les autres pouvaient n'y voir que du feu, lui se méfiait du monde entier. La ruelle sombre était humide et dans un coin, on pouvait entendre de discrets grignotements. Un rat devait être en train de dévorer son repas. En train de faire les cent pas de long en large du mur, Kalis se demandait tout bêtement ce qu'il pourrait bien sortir comme excuse si quelqu'un passant par là en viendrait à lui demander ce qu'il faisait ici tout seul.

Parce que les Ombres ne sont pas faites pour les naïfs et les enfants trop curieux. Sa baguette était rangée à un endroit facile d'accès. Ranger, cependant, n'était pas le mot. Kalis l'avait simplement glissé à sa ceinture, et celle se balançait tandis qu'il s'amusait parfois à sauter entre deux flaque d'eaux. Personne n'était passé par ici depuis une bonne heure, et le garçon s'était laissé aller à l'idée que personne ne passerait. Cette idée de pouvoir être surpris par derrière ne lui faisait aucunement peur: la stupidité ou le courage ? Peut être le jeune homme n'y pensait il tout simplement pas en cet instant précis. La seule chose dont il s'occupait était la mélodie de sa voix qu'il exerçait en chantonnant l'air d'une chanson moldue. S'il pouvait se vanter, c'est de sa faculté à chanter juste. Parce que Kalis chante juste. C'est comme quand on lui demandait comment il faisait pour tout réussir. Il est juste, précis, et clair, à part quand il s'agit de répondre à ce genre de questions.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: "L'ombre menteuse." Ft. Félix Harrington.    Mer 6 Juin - 23:11

L'OMBRE MENTEUSE
KALIS ANTOY
C'était une des fins d'après-midi des plus banales. Je rentrais du travail, comme chaque jour et j'étais considérablement agacé. Il n'y avait toujours aucune évolution notable au bureau, nous n'avancions jamais assez à mon goût sur l'affaire Gustav G, et ça me rendait fou. J'avais la sensation de me nourrir de paperasse à longueur de journée, tandis que dans le Nord, tout était en train de se jouer. Cela était sans compter toutes les pistes que nous débusquions, tous les appels que nous recevions, mais qui ne menaient jamais à rien. J'en avais reçu huit aujourd'hui. Huit ! Huit appels alarmants de sorciers croyant avoir vu un disciple de Gustav, alors que ce n'était qu'un malheureux hibou ou encore l'ombre de leur chat. Je contenais ma colère du mieux que je pouvais, mais à présent que j'approchais de mon appartement au Chemin de Traverse, je me sentais de plus en plus prêt à exploser. Heureusement, la porte n'était plus qu'à trois mètres de là.
Quelque chose attira alors mon attention, un peu plus loin. Un mouvement, une ombre ? Non, c'était quelque chose de bien plus précis que je venais de voir. La main sur la poignée, mes muscles se tendirent instantanément et à peine l'eus-je ressenti que je m'étais déjà lancé à la poursuite de cet homme que je n'avais que trop bien reconnu : Augustus Rockwood. Un mangemort. J'eus beau le héler - ou plutôt hurler son nom avec toute la rage que contenait mon être - il ne me répondit pas, et ne se retourna même pas. Il filait dans l'Allée des Embrumes, mais je comptais bien être plus rapide. Le sang me battait aux tempes tandis que j'étais à sa poursuite.
Les mangemorts étaient tout ce que je détestais de plus au monde, mais Rockwood faisait partie de ceux que je haïssais plus encore. Il faisait partie du petit groupe qui avait fait sauter le Millenium Bridge, portant alors une bonne centaine de moldus innocents, dont ma mère. C'était par sa faute qu'elle avait trouvé la mort ce jour là, par sa faute si dès cet instant, le monde s'était écroulé autour de moi et je voulais qu'il paie. Trop de fois il s'était évadé d'Azkaban, mais cette fois-ci, je comptais bien l'y renvoyer et m'assurer qu'il y pourrisse. Il ne méritait pas de vivre paisiblement comme il le faisait ; pas après tout le mal qu'il avait fait, tout le malheur qu'il avait semé.
Le cœur tambourinant dans ma poitrine, je ne ralentissais jamais ma course. Je l'avais perdu de vue depuis un moment déjà, mais était certain qu'il n'était pas loin, quelque part dans l'allée lugubre. En réalité, je ne pensais pas vraiment qu'il m'ait aperçu, il ne devait donc pas être en train de se cacher quelque part pour me semer. C'est effectivement ce que je pus constater, en tournant à un coin de l'Allée. Je me stoppai net et l'observai faire les cents pas le long d'un mur, aveugle à ma présence étant donné qu'il me tournait le dos. Je crus l'entendre émettre quelques sons, mais j'y étais insensible tant ma haine me rendait sourd. Puis, fou à lier qu'il était, il ne devait qu'être en train de préparer à haute voix ses futurs projets morbides, ses plans de criminel. Je pus noter qu'il avait glissé sa baguette du côté gauche de sa robe et ce fut la dernière chose que j'analysai avant de bondir sur lui. Il n'eut pas le temps de réagir que je l'avais déjà immobilisé avec force, paralysant son épaule gauche en la plaquant fermement contre le mur suintant, afin qu'il n'attrape pas sa baguette et pointant la mienne contre sa jugulaire pour lui passer l'envie de faire le moindre mouvement.

- Je te tiens cette fois, sale mangemort ! Crachai-je avec tout mon mépris. C'était une grossière erreur de te croire hors de danger par ici... Mais ne t'en fais pas, tu en as fait de plus graves dans le passé. Maintenant tu peux compter sur moi pour que le Magenmagot te punisse en conséquence. Et je te fais le serment que je t'emmènerai moi même rejoindre ta cellule à Azkaban.

Mon ton était des plus menaçants tant il laissait transparaître tout mon désir de vengeance ainsi que ma colère tempétueuse. Je m'étais fait la promesse d'attraper un jour tous les responsables de l'attentat de l'été 1997, et je promettais à mon tour à cette infâme créature que je tiendrai mon engagement. D'un rapide mouvement de baguette, je fis sortir de mon sac les menottes magiques que je portais toujours sur moi et les laissai flotter devant le visage du sorcier, dont l'obscurité me cachait la vue de ses traits. Je ne pus m'empêcher d'afficher un sourire sadique tandis que l'objet se balançait sous les yeux de ma victime, lui montrant alors que mon intervention venait de mettre fin à tous ses odieux projets d'avenir.



   
Where there is anger,

“There is always pain underneath.”

   

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: "L'ombre menteuse." Ft. Félix Harrington.    Ven 8 Juin - 0:37

L'Ombre menteuse.
Kalis&Félix.


L'ombre menteuse vous berce d'illusions. Elle vous fait croire que vous êtes en sécurité, même sur un champ de bataille. Elle vous rempli de bonnes pensées, et alors vous vous croyez protégés là ou le chaos règne en maître. Mais l'ombre menteuse vous ment. Elle efface et camoufle le danger, celui qui vous tourne autour, bien plus près que vous ne puissiez le croire. On ne voit rien arriver, et on vous attrape par derrière. On se complaît dans le noir. La voix de Kalis brisait l'obscurité. Et les Ténèbres, comme bercées par le chant mélodieux qu'il leur offrait, semblaient s'apaiser dans le silence. Un silence si profond quand celle ci s'éteignit dans un murmure que l'instant d'après vu vif et soudain, comme une goutte de la pluie qui viendrait troubler la surface d'une eau calme. Avec un hoquet de terreur du à la surprise, il se retrouva face contre la roche humide du mur. Ses poings percutèrent la pierre tandis que sa joue se colla contre celle ci. Les démons de minuit. Peut être n'était-ce encore que des hallucinations ? Le jeune homme papillonna des paupières en espérant que la seconde qui suivrait, il serait de nouveau au milieu de la ruelle à exercer sa voix comme s'il ne s'était rien passé. Mais la voix froide et le souffle brûlant de son agresseur le ramenèrent à la raison. Oui, bien sûr, c'était la réalité, pourquoi la fuir ? Que se passait t-il ? Il n'en savait fichtrement rien, et cette situation était inattendue et vraisemblablement dangereuse. La pointe de la baguette qui le menaçait, s'enfonçait dans le derme de sa peau. Il aurait réagit aussitôt si seulement il l'avait entendu arriver, et d'ailleurs, la douleur qui parcourut sa joue face à l'impact piqua son instinct de survie. Quelqu'un t'attaque Kalis, réagis.

Je te tiens cette fois, sale mangemort ! C'était une grossière erreur de te croire hors de danger par ici... Mais ne t'en fais pas, tu en as fait de plus graves dans le passé. Maintenant tu peux compter sur moi pour que le Magenmagot te punisse en conséquence. Et je te fais le serment que je t'emmènerai moi même rejoindre ta cellule à Azkaban.

Ses sourcils se froncèrent doucement tandis qu'il tentait de respirer le plus calmement possible pour remettre ses idées en place. L'homme, puisque la voix était masculine, était il carrément en train de le confondre avec un .. mangemort ? L'idée était effrayante, si bien qu'en voyant des paires de menottes se balancer sous ses yeux, sa première réaction fut, de penser à son tuteur. Ces objets métalliques lui rappelaient l'enfer de certaines nuit, le paradis d'autres. Il frissonna de dégoût car de la même manière qu'un animal attaqué, il sentait sa vie menacé. Sans pour autant tenter de prendre sa baguette (à quoi cela servirait ? L'autre serait plus rapide pour utiliser la sienne), le jeune homme poussa légèrement sur ses poings pour se dégager.
Se rappeler la présence de la baguette d'un mec écervelée contre sa gorge le dissuada de mettre plus encore sa vie en danger. Il soupira, et son souffle court le fit se rendre compte qu'il n'avait pas peur, mais qu'il était vulnérable face à cet homme.

- Vous devriez garder vos mots pour la bonne personne monsieur, fit il dans un souffle en sentant sa lèvre inférieure qui tremblait.

La seconde d'après fut différente, bien sûr. Son instabilité renversait sa raison et ses humeurs quand elle se pouvait elle même doser la balance. Il redressa du mieux qu'il le pu son menton comme pour venir chercher le dernier filet d'air frais de la nuit. Il n'aimait pas les contacts physiques, surtout avec des inconnus, et encore moins d'aussi près. Les seuls qu'il réussissait à peu près à accepter étaient ceux de son tuteur, quand celui ci avait la bonté de se montrer doux et protecteur avec lui et qu'il venait, comme il le faisait parfois, se glisser contre lui pendant son sommeil.

- Soyez gentil monsieur, et relâchez moi. Je ne prendrai pas ma baguette, mais je n'ai pas que cela pour me défendre.

Bien sûr, il ne savait rien de ce qu'il disait. Qu'avait il d'autre ? Rien, ne serait- ce que de la ruse et de la rapidité. Il se soumet à la volonté de ce cher jeune homme apparemment assez rancunier. Il avait au moins le mérite de l'avoir satisfait : l'inconnu démontrait bien qu'il restait encore des gens bons, en ce monde.

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: "L'ombre menteuse." Ft. Félix Harrington.    Dim 8 Juil - 19:14

L'OMBRE MENTEUSE
KALIS ANTOY
Après mes paroles, je maintenais toujours le criminel avec fermeté, l'empêchant d'accomplir le moindre geste. Il tremblait légèrement mais peut-être était-ce du à l'effet de surprise par le quel je l'avais pris ? Du peu que je connaissais Rockwood, je ne pensais pas que ce dernier puisse être effrayé dans ces circonstances ; je le verrais mieux sarcastique ou en colère. Il tenta de se dégager, mais je fus ravi de remarquer que la pression de ma baguette l'en dissuada. Il était fait comme un rat et c'était pleinement satisfaisant à voir.
Pourtant, quelque chose semblait clocher. L'aura qui émanait de lui ne semblait en rien malfaisante ou du moins, pas tant que lorsque je rencontrais un mangemort. J'avais du mal à voir son visage caché dans l'ombre de la ruelle pourtant je percevais bien l'inquiétude de ma victime qui ne collait pas avec le personnage.

- Vous devriez garder vos mots pour la bonne personne monsieur, souffla-t-il.

Je restais un moment immobile, complêtement abasourdi. Rockwood était-il réellement en train de me prendre pour un imbécile ou était-ce réellement moi qui faisait une erreur ? A mon tour incapable de bouger, je n'accédais pas à la requête du mangemort qui semblait avoir de plus en plus de mal à respirer.

- Soyez gentil monsieur, et relâchez moi, insista-t-il. Je ne prendrai pas ma baguette, mais je n'ai pas que cela pour me défendre.

Etait-ce une menace ? Je retins un léger ricanement froid devant cette tentative qui semblait de dernier recours. Pourtant, je finis par concéder, ou du moins, c'est ce que je lui laissai croire, puisqu'à peine m'être écarté pour le laisser reprendre son souffle, que je le saisissais à nouveau sans ménagement par le col pour l'exposer à la faible lumière qui éclairait le centre de notre petite ruelle.
J'eus du mal à cacher ma stupeur en observant alors le visage si jeune de celui que je prenais jusqu'alors pour un vieux et crasseux mangemort. Il n'avait rien de tout ça. M'étais-je donc trompé ? Impossible... Je sentais cette si familière boule qui se formait dans mon ventre, tordant mes entrailles les unes après les autres, cette même boule qui se manifestait à chaque échec... Je me croyais pourtant si proche de ce but !

- Veuillez m'excuser Monsieur, dis-je dépité, il semblerait en effet que je me sois trompé sur votre identité... Pourtant...

J'examinai encore le visage du jeune homme. Je l'avais lâché et me tenais maintenant à une certaine distance de lui, trop honteux à présent pour l'approcher d'avantage. C'est alors qu'une pensée surgit dans mon esprit, me faisant froncer les sourcils. Un jeune homme tel que lui dans un endroit si douteux, cela cachait forcément quelque chose.

- Attendez un instant...

Ma baguette à nouveau pointée sur lui, je fouillai rapidement dans le sac et en tirai un flacon dont l'étiquette présentait « véritasérum ». J'étais bien trop méfiant pour le laisser filer ainsi et grâce à ça, je serais certain que cet homme est bien celui qu'il affirme être, et non un usurpateur d'identité ou un adepte du polynectar. En plus de ça, je pourrai m'assurer qu'aucune de ses activités n'étaient louches.

- Buvez ça, ordonnais-je en lui tendant une dose de la potion de vérité.

Désormais, c'était pile ou face : ou j'arrêtais un réel malfaiteur, ou l'homme était réellement innocent. Dans ce cas là, ma journée ne pourrait finalement pas être pire...



   
Where there is anger,

“There is always pain underneath.”

   

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
-


Sauter vers:  
IRP - 1ère partie de Mars 2006

Plan des quartiers