Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: Démarches administratives :: Recensement :: Dossiers classés :: Les vaillantsPartagez | 


profil +
Message
Félix Harrington   Dim 20 Mai - 14:08


Felix Harrington


Jordan Connor



:: Nom complet :: Félix Xan Harrington
:: Âge :: 29 ans
:: Ascendance :: Sang inconnu
:: Nationalité / Origines :: Anglaise / ?
:: Père :: Xan ...
:: Mère :: Jane Harrington
:: Statut marital :: Célibataire
:: Baguette :: Bois de frêne – Coeur en crin de Centaure

:: Profil Ministère :: Citoyen propre
:: Métier :: Auror
:: Faculté(s) magique(s) :: Métamorphomage



Etudes & examens à Poudlard

:: Ancienne maison :: Gryffondor
:: B.U.S.E :: Diplômé

• Métamorphose → E
• Sortilèges → O
• Potions → E
• Histoire de la magie → D
• Défense contre les forces du Mal → E
• Astronomie →P
• Botanique → A

(entre soins aux créatures magiques, divination, étude des runes, étude des moldus, et arithmancie)
• Etude des Moldus → E
• Arithmancie → E

:: A.S.P.I.C :: Diplômé
(Il faut au moins avoir eu E aux B.U.S.E dans la matière correspondante pour la passer aux A.S.P.I.C.)

• Métamorphose → O
• Sortilèges → O
• Potions → E
• Défense contre les forces du Mal → E

(entre soins aux créatures magiques, divination, étude des runes, étude des moldus, et arithmancie)
• Etude des Moldus → P
• Arithmancie → A

 
Histoire & personnalité

:: Lien de parenté avec un/des sorcier(s) du forum ? :: Non

:: Qualités :: Courageux – Esprit de leader – Déterminé
:: Défauts :: Asocial – Haineux -  Téméraire

:: Si vous étiez un sortilège :: Stupéfix, simple et efficace.
:: Si vous étiez une créature magique :: Un Hippogriffe, fort et respectable.
:: Si vous étiez un rêve :: Retourner dans le passé et réparer mes erreurs.
:: Si vous étiez un pêché inavouable :: J'ai beaucoup tué, mais j'ai toujours tout avoué et suis toujours prêt à en assumer les conséquences.
:: Si vous étiez une odeur :: Le parfum de ma mère.
:: Si vous étiez une colère :: Une colère dévastatrice.
:: Si vous étiez une faiblesse :: Il ne faut pas faiblir tant que l'objectif n'est pas atteint.
:: Si vous étiez une passion :: Plus de passion depuis longtemps.
:: Si vous étiez un dégoût :: Les mangemorts, les Serpentard, les Sang-Pur, les gens heureux... L'être humain.
:: Si vous étiez une discipline magique :: DCLFDM.
:: Si vous étiez un secret :: Mon don magique.
:: Si vous étiez une cause pour laquelle vous battre :: Venger ma mère qui était innocente.
:: Si vous étiez quelqu'un qui vous fait du bien :: Personne.




Vous voyez les Maraudeurs, à Poudlard, en 1970 ? Moi, j'en ai entendu parlé. Je n'ai pas eu la chance de les connaître, mais si j'avais vécu à leur époque, je pense que je me serais bien entendu avec eux. Pour dire vrai, j'ai toujours eu tendance à nous comparer à eux, mes amis et moi. On était un bon groupe que j'aimais bien surnommer « Le Club des Cinq ». Malheureusement pour moi, aucun de mes amis ne connaissaient mes références moldues. En effet, en 1977, je suis né moldu.  Enfin, c'est ce que je pense. Dans tous les cas, j'ai grandi loin de l'univers magique et de tous ses malheurs, dans un des sales quartiers pauvres de Londres. L'endroit où les péteux de la zone riche n'aiment pas s'aventurer. Tant mieux d'ailleurs, car moi, les riches c'est vraiment pas mon genre. Ca ne l'a même jamais été. J'ai grandi dans la misère avec ma mère, seule pour m'élever. Elle m'a toujours dit que mon père était parti un peu avant ma naissance, parce qu'il avait des choses très importantes à régler ailleurs. Mais je n'ai plus 5 ans et ça fait longtemps que je ne crois plus à cette histoire. Ma mère a toujours voulu que les meilleures choses du monde arrivent à son fils. Elle a toujours voulu que je sois heureux. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle m'a appelé Félix : Félix c'est l'enfant heureux. Jamais elle ne m'aurait parlé des malheurs de ce monde, de ses malheurs à elle, comme le fait que son petit ami, alias Xan, l'avait lâchement laissée tomber en apprenant qu'elle était enceinte. Le pire dans cette histoire, c'est qu'elle m'a donné son nom. Félix Xan Harrington. Ca ne pouvait être un sorcier, un sorcier ne peut pas être aussi lâche. Voilà pourquoi je pense être né-moldu.
Heureusement, mon nom de famille, Harrington, est celui de mon grand-père maternel. Je ne l'ai pas connu lui non plus, mais c'était le père de ma mère, ce devait forcément être un type bien.

Pendant 11 ans j'ai donc grandi dans ce quartier miteux, aidant ma mère du mieux que je le pouvais avec ma force de petit garçon. Cependant, il m'arrivait parfois des choses bizarres, comme une fois, alors que je n'avais que sept ans... J'étais en colère, je ne sais plus vraiment pourquoi, mais je me souviens du visage apeuré de ma mère à ce moment là. Je m'étais alors calmé instantanément, croyant que ma colère l'avait effrayée, mais j'étais finalement loin du compte. Selon ses dires, mes yeux noirs que je tenais d'elle s'étaient considérablement éclaircis, et je ne su que bien plus tard que ce jour là, j'étais devenu en une fraction de seconde la version rajeunie de mon père. Ces phénomènes s'étaient souvent reproduits : en fonction de la puissance de mes émotions, la couleur de mes yeux, de mes cheveux, ou plus rarement de ma peau, se transformait. Nous n'avions pas assez d'argent pour consulter un spécialiste (et quel spécialiste ?) donc durant des années, ni ma mère, ni moi, n'eurent jamais d'explication justifiant ces anomalies.
Jusqu'au beau jour où elle arriva : la lettre pour Poudlard. J'étais si heureux et en même temps si inquiet ! Inquiet de quitter ma mère, de la laisser seule, sans plus personne pour l'aider. Inquiet de paraître anormal là-bas, de me retrouver seul, sans personne. Mais ma mère était quelqu'un de fort, elle me rappela à quel point j'étais courageux et à quel point elle voulait que je sois heureux. Poudlard était une alternative à la vie minable que je vivais, alors elle me poussa à y aller, et c'est ce que je fis. Elle voulait que je sois Félix, l'enfant heureux, et c'est ce que je fus. Durant 7 belles années, je grandis à Poudlard, revenant voir ma mère pour chaque vacances, m'amusant avec mes amis le reste du temps. J'étudiais beaucoup, c'est vrai, mais il ne fallait pas négliger qu'avec mes amis, on faisait quand même les pires bêtises possibles. Combien de fois avions-nous enfreint le règlement ? Combien de fois avions-nous eu affaire à Rusard ? Combien de fois avions-nous frôlé le renvoi ? Beaucoup trop de fois, mais qu'importe ? J'étais un des gosses les plus heureux de la Terre, comme le voulait ma mère. Les gens m'aimaient car j'étais drôle, respectueux, brave, loyal. Je n'avais pas peur de prendre des risques pour les autres, ou d'encaisser pour eux. Mon âme de leader me rendait admiré de beaucoup. Je n'étais pas tyrannique et je tenais à ce que le calme et l'épanouissement prédominent dans ma maison. J'ai manqué de peu le poste de préfet, sûrement à cause de tout le fil à retordre que j'ai pu donner, mais le préfet lui-même s'adressait à moi pour rétablir l'ordre. J'étais aimé de beaucoup et j'en aimais beaucoup.

Lors de ma septième année, j'ai connu pour la première fois la perte d'un proche. Cédric Diggory, décédé mystérieusement lors du Tournoi des Trois Sorciers, était mon ami. Je le connaissais du Quidditch. Même s'il affirmait que c'était la faute de Voldemort, un mage noir disparu par lequel il semblait être hypnotisé, Harry Potter paraissait être le coupable numéro 1. Mais les avis divergeaient de toute part à son sujet. J'avais envie d'élucider le mystère et voilà que durant cette année, je fis de nombreuses recherches sur Lord Voldemort et ses disciples.
Je ne savais pas vraiment quoi faire après mes études. Ce qui était certain, c'était que je ne voulais pas rester dans un bureau à m'occuper de la paperasse. J'avais besoin de bouger, de respirer l'air frais, le parfum de la liberté. En plus, j'avais besoin d'argent pour aider ma mère. McGonagall, la directrice de ma maison, m'avait alors proposé des branches qui pourraient m'intéresser. N'ayant ni l'ambition requise, ni le temps de perdre trois ans de ma vie à étudier pour devenir auror,  je m'étais lancé en septembre 1995 dans le stage pour devenir tireur d'élite. J'en avais pour un an et ça m'allait bien. Seulement, beaucoup de choses peuvent se produire en un an.

Juin 1996. Lord Voldemort était de retour. J'avais bien étudié sur lui et savais très bien que je n'allais pas me battre pour sa cause. D'autant plus que c'étaient des gens comme moi qu'il chassait : Des nés-moldus... S'il gagnait en puissance, je savais que je n'aurais d'autres choix que de fuir ou de me battre. Et je n'étais pas lâche, alors j'allais me battre en rejoignant l'Ordre du Phénix. Mes talents de métamorphomage s'avéraient très utiles. D'ailleurs, je n'étais pas seul. Il y avait aussi Tonks, une sorcière de 5 ans mon aînée, qui m'a beaucoup enseigné afin de contrôler mon pouvoir. Elle était auror et aimait beaucoup me parler de son métier, me faisant presque regretter mon choix de devenir tireur d'élite. Mais c'était trop tard désormais, passé l'été j'aurai été fin prêt à exercer librement mon travail et en prime, j'allais gagner de l'argent pour ma mère. Je n'aurai qu'à passer l'été, et elle aurait une vie meilleure. Tout serait enfin meilleur.

Eté 1996. Voldemort se faisait de plus en plus entendre, et pas que chez les sorciers. Ses attaques menaçaient de plus en plus Londres Moldus et je m'inquiétais pour ma mère. Mais elle, comme toujours, ne s'inquiétait pas. Elle me répétait qu'elle avait confiance en moi, que j'étais courageux et brillant, et qu'elle savait que je la protégerai toujours. Alors, c'est ce que je fis. Après chaque fin de journée de stage, je la retrouvais à la maison, lui donnais des nouvelles, passais du bon temps en sa compagnie. Car c'était ce qu'elle voulait, ma mère, que je ne perde pas ma joie de vivre ni mon goût du bonheur. Elle me répétait toujours qu'elle ne voulait pas voir disparaître cette lumière qui pétillait constamment dans mes yeux, ni ce magnifique sourire qui avait fait tomber de nombreuses filles à l'école. Elle disait qu'elle voulait voir ces étoiles briller dans mes yeux le jour de mon mariage. Qu'elle voulait voir aussi ces étincelles dans les yeux de ma femme et dans ceux de mes enfants. Ses petits enfants. Elle disait que j'étais né pour ne connaître que la joie et pour la transmettre autour de moi. Elle disait que je m'appelais Félix et que j'étais destiné à être heureux. Elle disait que quoi qu'il arrive, je serais toujours heureux, qu'il ne pouvait en être autrement. Sauf qu'un jour arriva, et tout ce qu'elle avait pu dire s'envola. Un jour arriva où mon sourire, mon rire, les étoiles dans mes yeux, les étincelles, la lumière ; tout s'envola. Ce jour là, elle n'était plus là.
En ce jour comme tous les autres, j'étudiais. Il faisait gris, dehors. Mais on était à Londres, quoi de plus étonnant ? J'étudiais. J'étudiais pour être tireur d'élite. Je me souviens de cet homme qui était entré dans la pièce et avait marmonné quelque chose. J'en avais entendu des bribes : pont, effondrement, moldus. Cela avait suffit à me faire lever d'un bond, sans réfléchir aux conséquences, et m'échapper de la pièce à tout allure pour voir si ma mère était à la maison. Mais elle n'y était pas. Alors j'attendis. J'attendis de longues minutes, de longues heures. J'attendis toute la nuit. J'attendis le jour suivant. J'attendis le jour d'après. Mais rien. Ma misérable résidence dans le plus miteux quartier de Londres semblait vide, dépeinte de ses couleurs d'antan, assourdie de ses éclats de rires. Il faisait froid. J'avais froid. Mais j'attendais encore. Je ne mangeais presque pas. Je ne dormais presque pas. Il faisait gris, dehors. Mais ce n'était pas parce qu'on était à Londres. Il faisait juste gris, partout. Je ne suis jamais retourné à mon stage de tireur d'élite et ce n'est qu'après deux semaines d'absence que je revins parmi les miens, dans l'Ordre. Beaucoup s'étaient inquiétés, ils me reprochaient de n'avoir donné aucune nouvelle, mais je ne les entendais pas. Je ne les entendais plus. Je ne les voyais plus. Tout était gris et silencieux. A part quelque chose en moi. Quelque chose de vif, de bruyant. Ce n'était pas de la joie non. Qu'elle aille se faire foutre la joie et son foutu bonheur ! Ce qui grondait en moi était bien plus fort. Bien plus dangereux. C'était de la haine. Une haine puissante, ravageuse. Une haine vengeresse prête à tout détruire sur son passage. J'aurai pu en avoir peur, j'aurai même du. Pourtant, je m'y abandonnais pleinement, laissant tomber avec toutes les promesses faites à ma mère. Mes promesses de bonheur, qui sans elle, ne signifiaient plus rien.

La guerre était maintenant déclarée. Et je me suis battu. Pas pour moi, ni pour mes amis. Je me suis battu pour ma mère. Je n'avais qu'elle en tête, elle ne me quittait plus. Personne d'autre ne comptait pour moi. Mes amis tombaient. Mes amis fuyaient. Je restais. Inflexible. Impassible. Insensible à tout ce qui se produisait autour de moi. Je restais et j'avançais. Ayant pour seul guide la haine qui grondait en moi. La haine contre tous ces gens qui avaient détruit mon monde. Qui avait détruit ma source quotidienne d'amour, de bonheur. Ma raison de vivre. Je voulais la venger jusqu'à en mourir. Les jets de lumière fendaient le ciel. Les miens atteignaient toujours leurs cibles. Les leurs, jamais. Je ne mourrai jamais. Comment la vie pouvait-elle être aussi ingrate ?
La guerre se termina et nous avions gagné. Ah ! ils étaient heureux tous, d'avoir obtenu la victoire ! Certains fêtaient même ça ! Moi ? Je leur crachais dessus. Comment être heureux après tant de pertes ? Certains partageaient mon avis. Mais qu'en avais-je à faire ? Mes victimes se comptaient sur sur des tas. Des tas de sorciers, de cadavres, empilés les uns sur les autres. Mais je n'en avais pas assez. Ma haine ne faiblissait pas. Je voulais que tous les coupables qui avaient survécu finissent leurs jours à Azkaban. Qu'ils connaissent ma souffrance, qu'ils connaissent mon malheur. Qu'ils connaissent le froid, le gris, l'ailleurs. Je voulais qu'ils rencontrent les détraqueurs et qu'ils les embrassent jusqu'à perdre leurs âmes. Ma haine était aveugle. Ma haine était sourde. Combien sont venus vers moi, leur ami, pour que je les réconforte, que j'égaie leur journée ? Beaucoup trop. Mais aucun n'a obtenu satisfaction. Je ne connaissais plus le bonheur, je ne connaissais plus mes amis. Et tout ça m'était égal. Tout ce que je voulais désormais, c'était être seul. Etre seul et traquer les hommes semblables à celui qui avait détruit ma vie : Voldemort.
Après de nombreuses réflexions, les paroles de Tonks étaient revenues à mon esprit et j'avais pris ma décision. Septembre 1998, je me lançais dans une nouvelle formation. Cette fois-ci : celle des aurors. Je n'allais pas être payé pendant 3 ans, mais qu'importe ? Je n'avais plus personne à nourrir à la maison. Plus personne à faire rire tous les soirs. Plus personne avec qui rire à mon tour. Je n'avais plus personne. En une journée comme les autres, mon univers avait basculé. En une journée comme les autres, celui qui était destiné à être heureux, quoi qu'il arrive, avait cessé de l'être. Félix avait cessé d'être Félix. Félix n'était plus.


Il y a tout de même une chose que Félix a tendance à oublier : il est quelqu'un de bien. Son cœur est pur et jamais il n'irait à l'encontre des règles qui faisaient le juste, le bon. Son souhait le plus cher et de venger sa mère, mais il ne sait s'empêcher de vouloir sauver des vies. Il est brave, courageux et plein de respect. Il a toutes les qualités d'un Gryffondor, mais un Gryffondor qui a tendance à s'isoler. Certes, il est aveuglé par sa haine, il a perdu son sourire. Il se borne à se convaincre qu'il n'a plus rien à faire dans ce monde hormis venger ce qu'il a perdu. Il se prive ainsi de tout ce qui avait autrefois pu le rendre heureux, le faire sourire, aimer. Il se prive parce qu'il estime ne pas en avoir le droit. Il estime ne pas en avoir le droit car selon lui, s'il était resté chez lui ce jour-là - au lieu de penser à lui, à son avenir, à son travail - s'il était resté avec sa mère ce jour-là, peut-être ne serait-elle pas morte. Selon lui, il est responsable de sa mort et il se punit. Mais dans le fond, une petite voix lui murmure que ce n'est pas de sa faute. Et cette petite voix, c'est celle du petit Félix. Félix l'enfant heureux.



Partie du joueur

:: Votre pseudo / votre âge :: Alassea, 18
:: A première vue, comment trouvez-vous le forum ? :: Sincèrement, j'aime pas. Pour ça que j'en suis à mon 3ème compte...
:: Comment l'avez-vous déniché ? :: Héranounette
:: Qu'attendez-vous de lui ? :: Faire retrouver la joie de vivre à Félix, ou au moins qu'il fasse un petit sourire
:: Avez-vous un double-compte ici ? Si oui lequel ? :: Pansy et Astrid
:: Utilisez-vous la même connexion qu'un autre membre ? Qui ? :: Nooo
:: Souhaitez-vous être guidé(e) dans vos premiers pas ? :: Nooo
:: Quelque chose à rajouter ? :: Sapristi Saucisse.


[/color]

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t726-felix-harrington


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 16:48

J'aime ce personnage !


BIENVENUE
En Grande-Bretagne !
Modalités complémentaires




Cher Félix Harrington,

Au regard de la loi britannique, vous êtes admissible sur le territoire en tant que résident permanent à titre d'Auror au Ministère de la Magie. Postez régulièrement les liens de vos missions dans le compte Gringotts que vous créerez sous peu. Votre salaire tombera au plus tard à la fin du mois. Vous serez rémunéré 30 gallions par mission achevée.

Maintenant le verdict : hardi et déterminé, nous vous avons classé parmi les sorciers valeureux dans notre base de données.



:: Par où commencer ? ::
• Vous devez d'ores et déjà inscrire votre avatar dans le registre identitaire, et votre nom dans tous les listings qui correspondent à votre profil, notamment le matricule de Grande-Bretagne. Vous les trouverez tous à cet endroit. On compte sur vous !

Ouvrez un compte chez Gringotts et mettez-vous en quête d'une cave pour entreposer vos effets personnels à l'emplacement de votre futur logement, jusqu'à ce que vos gallions soient suffisamment conséquents pour transformer cette cave en incroyable manoir accessible au RPG. Ou peut-être préfèrerez-vous vivre en ville ?


:: Liens utiles ::
• Créer sa volière et l'inscrire avec sa demeure dans ce répertoire.
• Raconter son histoire dans son livret personnalisé.
• Trouver ses partenaires de RPG au speed dating du RP.
• Jouer à l'Impero Game.
• Surveiller le topic des news du forum.
• Connaître ses possibilités de jeu !


:: Premier RPG ::
Le gala du Ministère n'attend plus que vous ! Il se tient en juillet 2005 (léger flashback, donc), et constitue un RPG d'accueil à tous nos nouveaux arrivants, hormis les grands méchants criminels qui n'y sont pas conviés (ahem). Y participer vous permettra de découvrir les autres plumes qui peuplent la Grande-Bretagne en plus de vous introduire aux joueurs !


:: Un problème ? ::
Si des questions demeurent, faites-en part à ma secrétaire, et si vous avez besoin de corriger n'importe quel soucis technique lié à votre participation il faudra vous diriger vers le bureau des réclamations. Vérifiez toutefois qu'aucune interrogation n'a été traitée dans le règlement.

Bien cordialement,
- K. Shacklebolt
Ministre de la Magie




Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 19:41

T’inquiète Panzani, Addie elle donne le sourire à tout le monde, Félix fera pas exception ! Surtout qu’elle aime les chats

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://magicneverdies.forumactif.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://magicneverdies.forumactif.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://magicneverdies.forumactif.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://magicneverdies.forumactif.com/t626-inventaire#3156


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 20:09

Re re bienvenue 

J'adore ton nouveau personnage ! Avec le physique de Sweet Pea en plus... c'est presque du génie !

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t642-jeune-femme-compliquee-qui-reve-d-une-vie-simple-celeste-grym#3193 http://magicneverdies.forumactif.com/t638-chemin-de-traverse-celeste-grym http://magicneverdies.forumactif.com/f305-celeste-grym http://magicneverdies.forumactif.com/t632-celeste-grym?nid=14#3147


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 22:29

Ahah merci les fiilles
Addie, j'espère que tu n'as pas peur des déceptions Rolling Eyes et ouiiii Céleste ! Sweet Pea ! Une évidence ! ou peut-être juste que je suis un génie...

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t726-felix-harrington


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 23:42

Re-Re-Bienvenue !


Temperance Rozenfeld
codage par LaxBilly

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t696-don-t-leave-me-o-temperance-rozenfeld http://magicneverdies.forumactif.com/t695-cardiff-temperance-rozenfeld http://magicneverdies.forumactif.com/t679-temperance-rozenfeld http://magicneverdies.forumactif.com/t699-inventaire


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Dim 20 Mai - 23:54

De rien ! 
Peut-être effectivement... on saura jamais...

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t642-jeune-femme-compliquee-qui-reve-d-une-vie-simple-celeste-grym#3193 http://magicneverdies.forumactif.com/t638-chemin-de-traverse-celeste-grym http://magicneverdies.forumactif.com/f305-celeste-grym http://magicneverdies.forumactif.com/t632-celeste-grym?nid=14#3147


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Lun 21 Mai - 8:11


Certificat
Location d'une cave
" Pour une vie de rêve "





Le 25/02/2006

Je, soussigné , Félix Harrington atteste par la présente la location du bien immobilier "cave 3" situé en Ecose, Ile de Drear.


Félix Harrington





Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Lun 21 Mai - 23:06

Bon bah Petit Pois, j'ai bien compris que ça rigole pas! On va dire qu'Addie a exagéré et que tu ne tueras pas tout le monde... Pas tout le monde hein?


Ses sentiments étaient invisibles, enfouis au plus profond d'elle même, si bien qu'elle en vint à oublier leur simple existence .  

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t606-les-maux-qui-sommeillent-sous-sa-plume-juliet-ollivander http://magicneverdies.forumactif.com/t486-chemin-de-traverse-juliet-ollivander http://magicneverdies.forumactif.com/f313-juliet-ollivander http://magicneverdies.forumactif.com/t465-juliet-ollivander#2697 http://magicneverdies.forumactif.com/t474-inventaire


profil +
Message
Re: Félix Harrington   Mer 23 Mai - 17:34


Certificat
Faire une colocation
" Pour un quotidien plus coloré "





Le 26/02/2006

Je, soussigné Félix Harrington, atteste par la présente emménager dans un nouvel espace dédié à la colocation : le "grand appart', immeuble 5" d'une valeur totale de 90 gallions situé en Angleterre, Chemin de Traverse. Je m'installe avec Eris Dragonneau. Tous les locataires s'engagent à payer leur part, soit le prix de ce bien divisé par le nombre de résidents (2 personnes). Cette part s'élève donc à 45 gallions. Nous avons conscience que si l'un de nous quitte la colocation, les habitants restants devront se cotiser pour payer sa part et le prélèvement se fera sans préavis.


Félix Harrington





Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
profil +
Message
Re: Félix Harrington   





 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peter T. Harrington
» Bryan N. Harrington - Nobody said it was easy [terminée]
» Eléanore Harrington, "La veuve"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: Démarches administratives :: Recensement :: Dossiers classés :: Les vaillants-


Sauter vers:  
IRP - 1ère partie de Mai 2006

Plan des quartiers