Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
Partagez | 


profil +
Message
Brume d'un soir   Lun 20 Aoû 2018 - 23:22

The death game.Londres, toujours brumeuse, aussi habituée au mauvais temps que sa campagne anglaise, ne donnait pas vraiment envie de sortir la nuit, seule de surcroit.

Pourtant, Adélia le faisait chaque fois qu'elle prenait le dernier service au Chaudron Baveur. Le chemin pour rentrer chez elle n'était pas bien long, transplaner était presque risible pour une si courte distance, surtout que la brésilienne ne supportait pas vraiment l'horrible sensation de cet acte magique. Céleste et elle avaient choisi leur lieu de résidence justement pour ce bon point.

Elle avait pris l'habitude d'ignorer les silhouettes qui se mouvaient dans les brumes. Parfois, certaines lui adressaient la parole, mais elle les laissait sans réponse. Pour le moment, elle n'avait encore fait aucune mauvaise rencontre, mais elle préférait ne pas tenter le destin et se faire discrète pour rentre chez elle sans encombre.

Emmitouflée dans sa cape dont dépassait un bout d'écharpe jaune poussin, elle avançait à pas vif, le menton enfoncé dans sa laine tricotée. Bien que la météo s'adoucisse en ce début d'avril, elle n'était vraiment pas habituée à ces températures et se couvraient toujours un peu plus que les anglais. Elle avait déjà attrapé trop de rhumes - qu'elle avait soigné par l'alcool du même nom, bien entendu - cet hiver et n'avait pas envie de recommencer l'expérience.

- Eh ! Ma jolie ! Tu voudrais pas t'arrêter un instant pour nous réchauffer ?

Si un frisson parcourut l'échine d'Adélia en entendant la proposition d'une des ombres de la ruelle, elle demeura impassible et continua son chemin. Il n’était pas rare que les personens qui trainaient dans les rues la nuit ne tente de lui faire la conversation – si l’on pouvait appeler ça une conversation. Elle se refusait à laisser ces inconnus prendre une quelconque emprise sur elle. Même si plusieurs d'entre eux surgissaient devant elle.

Elle hésita un moment à détourner ses pas. Mais elle avait dépassé celui qui venait de parler et ne tenait pas vraiment à lui faire face. S’arrêter montrerait qu’elle leur prêtait attention et ce n’était sûrement pas la bonne technique à adopter. Alors elle continua sa route, déterminée à les laisser derrière elle.

- Ne fais pas comme si tu ne nous voyais pas !

- Tu te crois trop bien pour nous peut-être ?

- Salope !

- Ça ne m’étonnerait même pas qu’elle soit une Sang-de-Bourbe !

- Y’a qu’eux pour se croire tout permit alors qu’ils ne sont rien !

Ne pas les écouter, les ignorer, faire comme s’ils n’étaient qu’un produit de son imagination. Penser à tous ces autres soirs où elle était passée sans encombre. Et oublier qu’ils n’avaient jamais été aussi insistants.

- Accio !

Le cercle des silhouettes se resserraient bien trop au goût d’Adélia. Lorsque le sortilège lancé toucha son écharpe, tirant celle-ci vers son lanceur, elle comprit qu’elle ne passerait pas aussi discrètement que d’autres soirs. L’effroi prit son cœur lorsqu’elle sentit son vêtement jaune vif se contorsionner pour partir en arrière, tirant la brésilienne du même coup, qui commença à manquer d’air.

Elle se débattit avec sa propre écharpe un moment avant de réussir à libérer son cou. Le souffle court, elle tenta de reprendre ses esprits alors que son habit filer vers le sorcier. Elle se le devait si elle voulait échapper aux ombres de Londres qui, ce soir, avaient prit un aspect menaçant. Le cœur battant à tout rompre, elle pivota sur elle-même pour découvrir que ses agresseurs se rapprochaient, comme une meute de loup ayant flairé sa proie. Et elle n’appréciait vraiment pas tenir le rôle de la proie.

– Petrificus Totalus !

- Protego !

Adélia leva sa baguette à temps pour contrer le sortilège. Elle n’avait vraiment aucune envie de savoir ce qu’on lui aurait fait une fois immobilisée.

Autour d’elle, les sortilèges continuèrent de pleuvoir. Effrayée, elle virevolta pour les éviter, contrant les éclats de lumière du mieux que possible. Mais Adélia n’avait jamais été une brillante sorcière, ses années d’études à Castelbruxo le démontraient bien. Son corps était douloureux et elle sentait le sang couler d’une vilaine balafre dans son cou.

Adélia se sentait envahie par la peur, chose peu commune chez la jeune femme pleine d’assurance. Mais elle ne s’était jamais retrouvée dans une telle situation de danger, assaillies par plusieurs personnes dont les mauvaises intentions se devinaient facilement. Elle avait vadrouillé, s’était toujours débrouillé par ses propres moyens. Jamais on ne l’avait agressé de la sorte.

Tout le monde parlait de se méfier la nuit. Elle n’y avait jamais fait attention, débrouillarde et insouciante. Aujourd’hui, elle s’en mordait les doigts, avait envie de hurler et de pleurer, de se réfugier dans un coin et de se cacher. Mais elle ne pouvait pas se le permettre, cela reviendrait à déclarer forfait, à les laisser prendre possession d’elle, de faire de sa personne un simple pantin. Et elle s’y refusait, continuerait toujours à se battre.

Sans qu’elle s’y attende, un éclair de lumière atteignit sa baguette. Elle vit avec effroi cette dernière se briser entre ses doigts. Tout moyen de se défendre venait de partir en fumée, de disparaitre dans sa propre main.

Disparaitre.

Transplaner.

Le chemin se fit dans l’esprit d’Adélia. Essoufflée par ses veines tentatives de défenses, elle se redressa tout de même. Alors qu’un nouveau Diffindo la touchait dans le dos, elle disparut au milieu des brumes, faisant tourbillonner quelques nappes de brouillard devant le vide qu’elle avait laissé.

La jeune femme réapparut chez elle, effrayée par les ombres qui se déployaient dans son propre salon. Mais elle garda le dos droit, se refusa à tirer les rideaux ou à montrer un quelconque signe de peur. Elle était saine et sauve, hors de danger. Jamais elle ne les laisserait avoir une quelconque prise sur elle-même. Elle n’aurait pas peur.

Adélia empêcherait ce bête incident de modifier sa vie. Elle serait forte. Du moins, elle s’en fit la promesse ce soir-là, sans savoir si elle parviendrait à la tenir.



ADELIA
FLORES

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t667-journal-d-adelia-flores#3314 http://magicneverdies.forumactif.com/t624-chemin-de-traverse-adelia-flores#3075 http://magicneverdies.forumactif.com/f242-adelia-flores-celeste-grym-victor-amelia http://magicneverdies.forumactif.com/t622-adelia-flores?highlight=adelia http://magicneverdies.forumactif.com/t626-inventaire#3156


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Allée des Embrumes :: La ruelle sombre :: Secteur à risques
-


Sauter vers:  
IRP - 1ère partie de Mai 2006

Plan des quartiers