Magic Never Dies :: Sorciers recensés :: Autour du role play :: Intrigues :: Event écriture :: #3 Face au miroirPartagez | 


profil +
Message
Participation d'Astrid Olsen   Sam 4 Aoû - 18:38

ASTRID
OLSEN
& LE
MIROIR
Un désir cauchemardesque


«  The happiest man on earth would look into the mirror and see only himself »

Aujourd'hui était un grand jour pour la jeune Norvégienne du nom d'Astrid Olsen. Un de ses plus grands rêves d'enfance allait enfin se réaliser. Enfin... Pas tout à fait. Mais en partie ! Car en effet, il y avait de cela quelques jours, la blonde avait reçu une missive lui indiquant qu'elle était convoquée à la prestigieuse école de sorcellerie : Poudlard ; dans le but que ses services de psychomagie puissent être mis à la disposition des élèves. Quelle n'avait pas été sa joie lorsqu'elle avait aperçu les armoiries de l'école sur l'enveloppe que tenait la chouette ! Depuis petite, elle rêvait   de se rendre à Poudlard. Certes, il était désormais trop tard pour qu'elle y grandisse et y  passe ses diplômes, néanmoins, cette offre que lui faisait la directrice était pour elle une occasion en or. De plus, elle adorait s'occuper des enfants et était donc certaine que cet emploi lui conviendrait à merveille.

Cela faisait un moment déjà que la jeune Olsen était arrivée à destination. Elle avait discuté avec le personnel et avait eu le droit à une visite du château. La blonde trouvait cet endroit merveilleux. Selon Madame Pomfresh - l'infirmière avec qui elle travaillerait - elle recevrait un hibou dans le courant de la semaine prochaine pour lui annoncer son admission ou non. Astrid avait tellement hâte ! Que pouvait-elle rêver de mieux ? Elle qui trouvait la joie dans les moindres petites choses de la vie, voici qu'aujourd'hui, elle ne pouvait désirer rien de plus fort !

La sorcière était désormais seule. Elle errait dans les couloirs, saluant d'un chaleureux sourire les enfants qu'elle croisait de temps à autre. La blonde s'y voyait déjà, écoutant attentivement leur moindre problème, tentant de les rassurer, de leur redonner envie de profiter de la vie qui leur était offerte. Au bout du couloir, une porte était entre-ouverte. Il avait l'air d'y faire sombre à l'intérieur, peut-être devrait-elle aller la fermer pour éviter qu'un élève ne s'y perdre. Astrid s'approcha donc de la porte, mettant la main sur la poignée pour la refermer. Pourtant, il y avait quelque chose qui l'attirait à l'intérieur, sans réellement lui permettre de savoir ce que c'était. Il fallait qu'elle y entre pour le savoir, mais elle n'allait pas tarder à devoir se rendre dans la grande salle, pour le banquet. La main toujours branchée sur la poignée de la porte, elle hésitait. Regardant derrière elle, sur les côtés, vérifiant que personne n'approchait ou ne pouvait la voir, elle finit par rentrer.

La pièce était définitivement sombre. Seul un objet semblait être éclairé au centre de la pièce par la lumière de la lune qui traversait l'unique fenêtre des lieux. Où se trouvait-elle donc ? Astrid n'en avait pas la moindre idée mais elle se dirigeait vers l'objet illuminé qui se détachait de l'obscurité de la salle. C'était un très grand miroir qui se dressait en face d'elle. Si grand que n'importe quel être semblait pouvoir contempler son reflet à l'intérieur. Des inscriptions latines apparaissaient sur sa bordure supérieure, mais la blonde ne comprenait pas le latin. Elle ne connaissait que le vocabulaire concernant sa profession. C'était tout de même un beau miroir et Astrid profita de cet instant où elle se trouvait seule pour s'observer avec minutie. Ses beaux cheveux blonds commençaient à devenir longs. Il fallait qu'elle se les coupe bientôt. Pourquoi pas au niveau des épaules ? On lui avait toujours dit que ça lui allait bien, puis ça semblait être à la mode ces temps-ci.

Finalement, si l'on négligeait sa splendeur, ce miroir semblait tout aussi basique qu'un autre. Sa chemise aux manches longues d'un blanc immaculé semblait ressortir d'avantage suite à l'éclairage lunaire, mais c'était tout. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait tant été attirée par cette pièce si ce n'était que pour pouvoir observer son simple reflet dans un miroir. Peut-être y avait-il une incantation à prononcer ? Quelque chose qu'elle ne comprenait pas dans la phrase gravée au-dessus ? Peu importe, son absence n'allait pas tarder à se faire remarquer, elle devait y aller. Observant une dernière fois l'image que lui reflétait le miroir, elle s'attarda une fois encore sur sa chemise qu'elle trouvait bien plus belle éclairée ainsi. Elle ressemblait à son pelage d'animagus lorsqu'elle se baladait sous la lune. Ou encore à la froide neige du Nord, cette neige aussi belle que criminelle. Descendant encore son regard vers les extrémités de ses manches, quelque chose la frappa. Un contraste surprenant avec le blanc ivoire de son vêtement. Du sang ? Paniquée, la jeune femme observa ses propres mains, mais rien. Aucune trace sanglante ne venait l'entacher, ni sur sa peau, ni sur ses manches. Elle regarda à nouveau dans le miroir et étouffa un cri d'horreur : le sang qu'elle avait vu sur l'extrémité de ses manches tâchait désormais des parties entières de son chemisier et dégoulinait de ses mains, formant peu à peu une flaque écarlate à ses pieds. Elle voulu fuir à toute vitesse, mais quelque chose l'en empêchait. Quelque chose d'encore plus horrifiant qui la paralysait entièrement. Des corps. Des corps aux yeux sans vie, à la peau blanchâtre, couverte de profondes coupures. Etait-ce elle qui était responsable de ce massacre ? Qui étaient tous ces gens vides de toute chaleur ? La blonde ne réalisa qu'elle tremblait qu'au moment où elle dirigea ses yeux effrayés sur le visage qui gisait à ses pieds. Jusqu'à présent, aucun de ces cadavres ne lui avait été familier. Mais lui... Comment l'oublier à lui ? Ce visage si séduisant et si repoussant en même temps ? Ce visage d'ange et de monstre qui ne faisait qu'un ? Celui qui lui avait fait vivre un Enfer tout en se faisant passer pour un Dieu ? Anders Rolf. Son ancien camarade d'école était méconnaissable, pourtant, c'était celui qu'elle avait reconnu en premier. Son beau visage tailladé de toute part et ses yeux semi-clos le rendaient étrangement vulnérable et la peur d'Astrid s'envola aussitôt. Celui qui l'avait tant faite souffrir à l'école et tous ceux qui semblaient par déduction être ses partenaires de crimes  étaient là, inertes et inoffensifs. Ils étaient morts et ne feraient plus jamais de mal à personne. N'était-ce pas ce qu'elle avait toujours secrètement voulu ? Les voir ainsi, gisant dans des conditions abominables, abattus dans les pires des circonstances. Tout ça pour ressentir enfin ce sentiment de vengeance accomplie, d'avoir enfin l'impression que justice avait été faite et de ne plus avoir à faire de cauchemars tard le soir à cause de tout le mal qu'ils avaient bien pu faire.

Mais à nouveau, la panique saisit Astrid. Que lui prenait-il à songer de pareilles choses ? Tout ce qu'elle souhaitait toujours, c'était que tout le monde soit heureux, que tout le monde ait le droit à une seconde chance et puisse profiter de la vie comme il se doit. Pourquoi en feraient-ils l'exception ? Ils ne le devraient pas, même avec toutes les monstruosités dont ils étaient responsables. Mais visiblement, une part d'elle même n'était pas de cette avis puisqu'elle se plaisait à contempler ce massacre sanglant qui épouvantait toutes les autres parties d'elle même. Plus effrayée à présent par sa propre personne que par ce que reflétait le miroir, elle s'enfuit de la pièce au plus vite, refermant d'un claquement la porte derrière elle et s'effondra le long du mur, encore haletante.

Quel était donc ce miroir ? Et que reflétait-il ? Tous ses anciens camarades étaient-ils réellement morts ? Elle aurait pu poser la question à quelqu'un mais elle avait trop honte de devoir révéler ce qu'elle avait vu. La jeune sorcière préférait donc rester dans l'ignorance, d'autant plus qu'elle n'était pas certaine de vouloir réellement connaître la vérité. Astrid se releva après avoir repris son souffle et se dirigea vers la grande salle pour retrouver les autres. Elle n'avait nullement envie de se renseigner sur l'existence d'Anders Rolf ou de qui que ce soit venant du Nord. Elle ne souhaitait que les oublier et continuer paisiblement sa vie en Angleterre. Pourtant, voir ce qu'elle avait vu dans le miroir lui avait fait réaliser quelque chose. Quelque chose qu'elle se refusait de croire depuis bien trop longtemps : quelque soit la manière dont elle avait souhaité le fuir, elle appartenait au Nord. Et lui appartiendrait toujours.

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'arnaque du déblocage de la participation
» René Préval souhaite la participation d'Haïti au mondiale U-17 en signe de répar
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» Juliette apprend que sa mère est vivante (pv Pascal/Astrid)
» ASTRID (éliminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Sorciers recensés :: Autour du role play :: Intrigues :: Event écriture :: #3 Face au miroir-


Sauter vers:  
IRP - 1ère partie de Mai 2006

Plan des quartiers