C'est avec la lumière qu'on chasse les ténèbres...



Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: La Poste & documents spéciaux :: LivretsPartagez | 


profil +
Message
Journal de Rosalind Fawley   Mar 10 Avr - 21:34



Rosalind Fawley



◊ NAISSANCE 21 Juin 1989 (25 ans)
◊ NATIONALITE Britannique
◊ ASCENDANCE Sang-Pur
◊ BAGUETTE Charme / Cœur de crin de licorne
◊ GROUPE / EX MAISON Ténébreux / Serpentard Recensement
◊ ACTIVITE Ecrivaine - Romans et Essais historiques
◊ DON Voyante
◊ QUALITES Charismatique / Perspicace / Créative
◊ DEFAUTS Égocentrique / Paresseuse / Manipulatrice




Histoire
Enfance. Comme beaucoup d'enfants nés dans des familles de Sang-Purs, Rosalind reçoit une éducation bien typique. Gallus et Arthena s'attache à faire de leur fille unique une héritière dont ils n'auraient pas à rougir. Leçons de maintien, de bienséance, d'élégance et la mémorisation des généalogies inscrites au registre Nott sont au programme des leçons que Rosalind reçoit de sa mère, et ce, dès le plus jeune âge.

Pour tout ce qui est d'une culture magique plus générale... Et bien, Arthéna estime que, si cela ne peut pas faire de mal, ce n'est pas nécessairement ce qui permettra à sa fille d'épouser un des meilleurs partis de la communauté Sang-Pure. Rosalind est jolie, et avec un peu de chance, sa beauté fleurira avec l'âge et cet avantage ne sera pas de trop pour contracter un bon mariage. Du moins, c'est ainsi qu'Arthéna Fawley conçoit les choses. Oui, nous sommes dans les années 1990. Et bien que cette vision des femmes soit, je vous l'accorde, passéiste et obsolète, c'est celle dans laquelle la mère de Rosalind a été élevée, et comme des générations de mères avant elle, elle continue à en appliquer les préceptes. Notamment car la famille Rosier, non contente de partager avec les autres dynasties Sang-Purs le même attachement à des traditions ancestrales, a toujours respecté un système patriarcal très établi.

Si Rosalind n'avait été pas été dotée d'un esprit vif et curieux, probablement que cette éducation aurait fait d'elle une petite fille docile et charmeuse, certes, mais aussi complètement sotte et ignare. Heureusement, ce n'est pas son cas. Les nombreux livres de la bibliothèque familiale sont une ouverture salutaire vers un monde plus riche et plus vaste. Les romans, sagas épiques et autres récits d'aventures auxquels la fillette a un accès illimité déploient son imaginaire et son goût pour les histoires, réelles ou inventées. Les grimoires relatant les faits connus ou moins connus de l'Histoire Magique n'échappent pas à son avidité de jeune lectrice. En dehors des leçons prodiguées par sa mère, Rosalind se constitue donc un bagage de connaissances conséquent, mais disparate et lacunaire; correspondant aux seuls goûts et intérêts de la fillette.

Gallus et Arthéna sont loin d'être des parents parfaits: un père souvent absent, accaparé par son travail et une mère sévère, parfois distante. Pourtant, s'ils sont quelquefois maladroits dans leur affection, ils aiment leur fille; Rosalind le sait et n'en doutera jamais.

De sa famille, elle hérite la certitude que son ascendance lui confère une supériorité certaine sur les autres Sorciers: Les Sang-Purs sont les seuls dignes d'être considérés comme ses véritables égaux; les Sang-Mêlés peuvent être tolérés, tout le monde n'a pas la chance de naître dans la bonne famille; et les Sangs-de... les Né-Moldus... sont des anomalies et il ne convient pas qu'elle fraie avec eux. Des fois que l'absence de magie véritablement héréditaire soit contagieuse et porteuse de tares.

Poudlard. Rosalind se souviendra toujours de son entrée à Poudlard comme un des moments les plus enthousiasmants de sa vie. Fille unique, elle découvre le plaisir de se mêler à de nouveaux Sorciers de son âge. Le Choixpeau décèle sans doute sous ses boucles rousses une disposition naturelle pour les intrigues, un ego déjà bien affirmé, et, comment dire, un sens moral un peu absent quand il s'agit d'obtenir ce qu'elle désire. C'est donc à Serpentard que la jeune Fawley fait ses classes, et elle s'y trouve comme un orvet dans son nid.

Pourtant, la cohabitation avec les serpents, et notamment avec les autres enfants Sang-Purs, aurait pu être délicate. Si elle était jusqu'à présent l'unique princesse de son univers, les cachots abritent de nombreuses autres aspirantes au trône, ayant elles aussi reçu une éducation similaire. Elle comprend au fil des années que pour pouvoir tirer son épingle du jeu et être acceptée, elle a tout intérêt à ne pas entrer dans ce type de compétition. Et puis à quoi bon? Pourquoi entrer dans des rapports de force alors qu'on peut sourire et s'attirer les grâces des autres en sachant flatter leur orgueil? Et disposer de deux-trois ragots compromettants si la manière douce ne suffit pas.

Mais Rosalind n'a pas trop à forcer pour trouver sa place: elle est une camarade enjouée, agréable et bien qu'un peu superficielle et toujours très attachée à l'image que les autres peuvent avoir d'elle, elle se construit de solides amitiés au sein de sa Maison. Elle compose avec la présence de Né-Moldus dans l'école en s'abstenant au maximum de les fréquenter ou d'être vue en leur compagnie.

Question scolarité, c'est une autre paire de manches. Elle n'a pas vraiment le goût des études, se reposant surtout sur ses acquis. Elle ne fournit du travail que dans les matières qu'elle affectionne et dans lesquelles elle montre des facilités. Une élève moyenne donc, et qui ne voit pas pourquoi elle daignerait faire un quelconque effort supplémentaire. Ses diplômes ne lui serviront pas si elle veut devenir écrivaine, célèbre et adulée, si possible. Une ambition, un rêve d'enfant, qu'elle compte bien voir se réaliser. Exercer un métier? Quand elle sera l'épouse d'un riche héritier, elle n'aura d'autre souci que l'écriture de ses romans. (Et éventuellement, une ou deux grossesses si il faut absolument en passer par là.)

Le retour de Voldemort. Alors qu'elle est en Cinquième Année, le retour de Voldemort et de la société des Mangemorts bouleverse son univers. Elle sait que sa famille a eu des accointances avec les partisans du Seigneur des Ténèbres lors de la dernière guerre. Son oncle notamment, jugé et innocenté et 1981, porte le tatouage honni par certains, convoité par d'autres. Dans la communauté Sang-Pure, dans les cachots et même, à la table familiale, les langues se délient, les tabous tombent et les tensions naissent.

Son père, si il nourrit de forts préjugés contre les Moldus et leurs enfants, Sorciers ou non, ne cautionne pas les méthodes brutales des Mangemorts. Sa mère, quant à elle, estime que tous les moyens sont bons pour redonner leur véritable place aux anciennes dynasties Sang-Pures qui vont sur le déclin et, fait incroyable, s'oppose de manière virulente à Gallus. Arthéna admire Voldemort et son action, et, sous l'influence d'autres Mangemorts, finit par sombrer dans le fanatisme. La mère de Rosalind rejoint les partisans des Seigneurs des Ténèbres et se voit apposer la Marque. Comme son père, Rosalind n'éprouve que de l'effroi pour les actes commis par les Mangemorts. Elle aussi aspire à ce que le Monde Sorcier et sa famille retrouve sa grandeur d'antan, la place qu'elle estime lui être due. Mais le prix à payer, les souffrances à infliger semblent complètement disproportionnés.

Certains de ses plus proches amis rejoignent le Seigneur des Ténèbres, d'autres, plus rares se déclarent parmi ses opposants. Sa mère et son oncle la pressent de les rejoindre parmi les Mangemorts. Son père la supplie de ne pas succomber à cette folie. Rosalind sait qu'il lui faudra, tôt ou tard, faire un choix.

Mais la possibilité de choisir lui est ôtée. Du moins, c'est ce qu'elle se raconte encore aujourd'hui. Le 25 Décembre 1997, Arthéna, accompagnée de quelques acolytes de Voldemort, revient dans la demeure familiale, bien décidée à convaincre sa fille d'épouser la cause des Mangemorts et de repartir avec elle auprès du Seigneur des Ténèbres. Entre elle et Gallus, une violente dispute éclate et finit de briser le couple fragilisé. Le père de Rosalind refuse de "voir sa fille sacrifiée sur l'autel d'une idéologie démente" et transplane avec cette dernière, échappant de peu aux sortilèges que les intrus lui lancent. Et Rosalind... se laisse faire. Elle et son père partent rapidement pour le Sud de la France où Gallus connait des amis qui seront disposés à les héberger.

Années d'errance. Sonnée et abattue, ayant l'impression d'évoluer dans une réalité impensable, Rosalind profite peu du doux climat de la Provence. Elle a interdiction formelle de contacter ses amis. Le risque est grand que les Mangemorts traquent les deux Sorciers, désormais étiquetés "traîtres à leur cause".

Quelques semaines après la Bataille de Poudlard, la jeune fille apprend que sa mère y a perdu la vie. Mais il n'est pas question de rentrer en Angleterre. Au prix de longues négociations avec l'Académie de Beauxbâtons, Gallus obtient que sa fille intègre l'Ecole de Magie française à la rentrée 1998 pour sa dernière année d'études. Déracinée, en deuil, Rosalind y passe une année morose et solitaire et décroche à grand peine son diplôme.

Son père a conservé une partie de sa fortune, mais se trouve tout de même contraint de travailler pour un entreprise autrefois conccurente de la sienne. Dévasté, il parvient péniblement à refaire sa vie et refuse d'évoquer la mort de son épouse et le désastre qui a frappé sa famille. Les années passent. Oisive, ne sachant plus vraiment quoi faire de sa vie, et ne se sentant pas prête à retourner en Angleterre, Rosalind voyage à travers l'Europe. La France tout d'abord, et Paris, la Suisse, l'Espagne et enfin, l'Italie. Le pays lui plaît et elle s'y installe. À Milan, elle travaille comme assistante d'un professeur en Botanique et n'ayant jamais cessé d'écrire, commence à assembler les notes accumulées depuis son adolescence. Elle publie un premier roman sous un pseudonyme: Aeyros Windfalls, qui connaît un petit succès.

Les années sombres semblent loin derrière, et une mer la sépare de son passé. Mais, depuis son départ d'Angleterre, elle n'a jamais pu se défaire complètement de l'impression qu'il lui manque quelque chose, depuis son arrachement de sa mère patrie, ses émotions paraissent comme ouatées, comme si quelque chose en elle avait été éteint.

Le 2 Février 2006, à une heure avancée de la soirée, Rosalind corrige une de ses ébauches pour un futur essai historique. La nuit s'annonce belle, paisible. Raturant un adverbe, elle éprouve soudain une douleur terrible à la tête. Lâchant sa plume, elle se saisit la tête à deux main. Elle se sent complètement paniquée, elle ne voit plus rien, son corps est pris de tremblements incontrôlables. Alors qu'elle croit être devenue aveugle, une succession d'images qu'elle peut à peine discerner défile à toute vitesse dans son esprit: Poudlard, le salon de son enfance, le jardin d'hiver de sa Grand-Mère, une pièce sans fenêtre, de la neige... Et des voix, des mots dans une langue qu'elle ne comprend pas. Aussi vite qu'elle est apparue, la douleur, les images et les voix s'évanouissent. Nauséeuse et haletante, Rosalind s'accroche à son petit bureau.

Elle ne dort pas cette nuit-là, ni la suivante. Pour rien au monde elle ne souhaiterait revivre ce phénomène, mais pour la première fois depuis longtemps elle se sent... éveillée. Des émotions contradictoires l'envahissent, des couleurs vives auxquelles elle n'était plus habituée. À l'aube du deuxième jour, il lui paraît clairement qu'il lui sera impossible de reprendre le cours de sa vie en Italie. Elle se sent en colère, contre elle-même, contre ses parents, contre le monde entier. Et terriblement blessée, sans qu'elle puisse identifier pourquoi. Elle comprend qu'il va lui falloir faire face à ce qui s'est passé quelques années plus tôt. Son nom, autrefois synonyme de pureté, a été sali. Sa mère est morte sans qu'elle puisse l'enterrer. Si elle ne secoue pas la torpeur qui est la sienne depuis quelques années, ses grand-parents s'éteindront probablement sans qu'elle puisse les revoir.

Elle ne prévient personne, et au petit matin, monte dans le premier train pour Londres.

Codage par Rosalind Fawley



Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t599-journal-de-rosalind-fawley http://magicneverdies.forumactif.com/t596-chemin-de-traverse-voliere-de-rosalind-fawley http://magicneverdies.forumactif.com/t594-inventaire


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: Comptoir d'accueil :: La Poste & documents spéciaux :: Livrets-


Sauter vers:  
IRP Février 2006

Plan des quartiers