Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Logements :: Drago Malefoy
Partagez | 
 

 Improviste, mais toujours bienvenue

Aller en bas 
profil +
Message
Improviste, mais toujours bienvenue   Dim 14 Jan - 0:06

Improviste, mais toujours bienvenue

Ft Dragounet
 Il y a souvent des jours comme ça, où l'on a envie de ne rien faire d'autre que de voir une personne qui nous est chère. C'était aujourd'hui le cas de la jeune Parkinson. En réalité, ça faisait plusieurs jours qu'elle y songeait mais elle ne trouvait jamais le temps. Alors, depuis qu'elle s'était réveillée ce matin, elle s'était décidée : aujourd'hui, elle rendrait visite à son vieil ami Drago. Peu lui importait si des contretemps surgissant de nulle part tentaient de l'en empêcher, elle irait quand même chez Drago. Là dernière fois qu'ils s'étaient vus commençait à remonter à loin pour la jeune femme qui avait autrefois l'habitude de voir sa gueule d'ange chaque matins. Elle était très excitée à l'idée de découvrir le nouvel appartement de son ami et tout son matériel de bricolage... Pardon... tout son matériel de grand alchimiste de renommée internationale. Les potions avaient toujours légèrement dépassé Pansy à Poudlard, mais elle avait tout de même admiré le travail de son acolyte qui ressortait presque à tous les coups avec la meilleure note. Son ambition actuelle ne l'étonnait pas le moins du monde et elle croyait en lui dur comme fer.
La voilà désormais Chemin de Traverse. Elle n'avait pas prévenu le blond de sa visite et espérait qu'elle ne le dérangerait pas. De toute manière, elle ne voyait pas comment elle pourrait le déranger. Si au pire des cas elle le trouvait en pleine partie de jambes en l'air avec une fille, elle ne se gênerait pas pour mettre dehors cette idiote qui pensait avoir su séduire un Malefoy. Tant pis s'il n'était pas content. De toute façon, il était habitué à la voir arriver à l'improviste. Elle avait toujours fonctionné sur des coups de têtes et il était très rare qu'elle prévoit un rendez-vous. A présent, elle approchait du bel appartement de son ami. Dans sa poche, elle avait deux lettres : celles de ses parents. La brune n'avait pas encore parlé à Drago de ses inquiétudes par rapport à sa famille, mais puisqu’aujourd’hui ils allaient sûrement jeter un œil à la lettre suspecte que le Serpentard avait reçu, elle en profiterait pour lui montrer les siennes.
La jeune femme était enfin devant la porte. Il lui tardait d'entrer. Elle allait voir si le jeune homme avait su prendre soin de la petite graine ensorcelée qu'elle lui avait offerte et qui avait sûrement du pousser à l'heure qui l'était. S'il n'y était pas parvenu, elle ne comptait pas le louper ! Même Goyle aurait su se débrouiller.
Elle toqua à la porte et attendit quelques instants avant que la porte ne s'ouvre et qu'elle ne demande avec un grand sourire aux lèvres :

- Bonjour c'est bien ici que l'on peut trouver une potion pour rendre un grand blond encore plus fou de moi qu'il ne l'est déjà ?
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://magicneverdies.forumactif.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://magicneverdies.forumactif.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Dim 14 Jan - 1:43

Improviste, mais toujours bienvenue

ft. Pansouille

A part se détendre, Drago n'avait rien de particulier à faire aujourd'hui... et, sans mauvais jeu de mot, il avait bien prévu le coup. La veille, il avait rencontré cette candide petite blonde, de sang-mêlé lui semblait-il, et l'avait ramenée chez lui pour passer un peu de bon temps sans conséquence. La pureté du sang n'était plus un critère notable pour compter parmi ses conquêtes, à moins d'envisager quelque chose de sérieux impliquant un mariage et des enfants. Et de toute façon, il était à mille lieues de toute forme d'engagement. Tout cela n'avait plus de sens... Par habitude de ses vieux principes, il évitait toujours de ramener des nées-moldues dans son lit mais, au fond, une pimbêche restait une pimbêche quelque soit son sang. Son dégoût s'était muté en haine, et cette haine s'était généralisée autant que son dédain. Quand l'une de ces filles naïves se jetait dans la gueule du loup, il acceptait d'en faire sa proie sans rechigner. L'alchimiste avait des besoins et, surtout, il aimait se sentir indispensable et désiré. Il aimait créer le manque, et vibrait quand il pouvait tout contrôler. C'était facile.

Cette fois n'avait pas dérogé à la règle. Il avait mené la barque, s'était montré un peu égoïste pour assurer son propre plaisir, un peu brusque parfois, et comme d'habitude la jeune femme à ses côtés en redemandait... Le respect était mort avec la galanterie, et Drago se contentait de pouvoir s'abandonner à ces pratiques sans âme, autant qu'éteint d'agir comme un automate. C'était la même chose à chaque fois... Ca n'avait pas de sens.

Alors qu'il venait de remettre son pantalon, il entendit quelques coups s'abattre sur la porte d'entrée.

Excellent timing, se dit-il en passant une main lasse sur sa nuque.

- Tu devrais te rhabiller, suggéra-t-il calmement à la blondinette. Faut que je me remette au travail, et mon rendez-vous est déjà là donc...

Sans plus de convenance, il enfila rapidement un t-shirt et se dirigea vers l'entrée pour découvrir son visiteur surprise. C'est avec stupéfaction qu'il découvrit sa chère Pansy.

- Bonjour c'est bien ici que l'on peut trouver une potion pour rendre un grand blond encore plus fou de moi qu'il ne l'est déjà ?

Il étira un grand sourire qui se mouva en ricanement.

-  Ah, tu t'es enfin décidée à passer ! T'as frappé à la bonne porte, j'ai tout ce qu'il faut pour les femmes de ton envergure, mais si le grand blond en question a besoin d'une potion pour être complètement fou de toi, alors c'est un crétin, et entre nous je ne pense pas qu'il le soit, acheva-t-il en affublant son minois d'un clin d'oeil ambigu. En plus là tu tombes vraiment bien, confirma-t-il avec plus de sérieux en l'invitant vers le séjour. Je t'en prie assieds-toi. Tu veux boire un truc ?

Au même moment, la blonde-sans-nom déboula en renfilant hâtivement ses escarpins, leur lança un regard assassin, et sortit un claquant la porte.

- Envoie-moi un hibouu ! cria-t-il à son attention avant d'étouffer un rire et de se focaliser pleinement sur son invitée impromptue. Je crois qu'elle voulait des câlins... Je t'ai dit que tu tombais bien ?!


Codage par DM

Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Dim 14 Jan - 13:00

Improviste, mais toujours bienvenue

Ft Dragounet
 Drago lui rendit son sourire avant de ricaner.

- Ah, tu t'es enfin décidée à passer ! T'as frappé à la bonne porte, j'ai tout ce qu'il faut pour les femmes de ton envergure, mais si le grand blond en question a besoin d'une potion pour être complètement fou de toi, alors c'est un crétin, et entre nous je ne pense pas qu'il le soit.

Armée d'un petit sourire moqueur, la jeune femme leva les yeux au ciel et le suivit à l'intérieur de son domicile. Elle resta pantoise devant l'immensité de l'appartement, constatant que Drago n'avait pas perdu son goût du luxe. Il devait vraiment se sentir bien ici, elle allait lui rendre visite plus souvent...

- En plus là tu tombes vraiment bien,
 reprit-il plus sérieusement en l'invitant vers le séjour. Je t'en prie assieds-toi. Tu veux boire un truc ?

C'est vrai quel avait toujours eu ce don pour débarquer dans les meilleures situations. Mais pour quelle raison cette fois-ci ? Elle s'assit dans le fauteuil et répondit à sa proposition :

- Oui j'aimerai bien un...

Mais elle fut coupée par l'arrivée magistrale d'une sorcière à l'air stupide qui déboula dans la pièce. Avait-elle dit précédemment que dans le pire des cas elle le dérangerait avec une de ses conquêtes ? Finalement, vu l'air avec lequel la blonde regardait Pansy, la situation était pour cette dernière des plus amusantes. Malheureusement, elle n'eut pas le temps de lui lancer une pique puisque la petite ingénue s'était déjà envolée en un claquement de porte rageur.

- Envoie-moi un hibouu ! Cria le Serpentard à son intention, ce qui ne manqua pas de faire ricaner la brune. Je crois qu'elle voulait des câlins... Je t'ai dit que tu tombais bien ?!

- Tu sais bien que je ne manquerai jamais une occasion de leur montrer qu'elles perdent leur temps en ma présence. Et puis c'est vrai, qu'est ce que tu ferais si je n'étais pas toujours là pour toutes les faire déguerpir ? Elle était mignonne celle-là, dommage qu'une fois encore elle n'avait pas l'air très fute-fute... Elle croyait pas déjà t'avoir dans sa poche j'espère ? Comment s'appelait-elle au fait ?

Pansy le regardait d'un air faussement sérieux. Elle savait bien qu'il n'en avait aucune idée. Ça la faisait bien rire de voir toutes ces filles rêvant de passer une nuit en compagnie de son blond pour au final se faire jeter comme des bombes à bouse le lendemain. A quoi s'attendaient-elles, ces idiotes ?

- Je disais donc que j'aurais bien aimé que tu me serves quelque chose de chaud s'il te plaît, histoire de me réchauffer un peu parce que ça caille dehors...


L'hiver n'était pas encore là mais on sentait en ce début de mois de novembre qu'il arrivait à grand pas. Elle se mit à observer d'un air rêveur les différents objets autour d'elle, à la recherche de quelque chose qui aurait su éveiller sa curiosité. Malgré sa bonne éducation, elle avait cette mauvaise manie de toujours vouloir toucher à tout ; on lui a d'ailleurs souvent dit qu'elle aurait une mauvaise surprise un jour. Mais avant qu'elle ne trouve quoi que ce soit d'intéressant, elle se souvint d'un petit détail :

- Drago ? l'interpela-t-elle. Comment se porte ton petit protégé québécois ? J'espère pour toi que tu t'en occupes bien...
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://magicneverdies.forumactif.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://magicneverdies.forumactif.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Mar 16 Jan - 2:35

Improviste, mais toujours bienvenue

ft. Pansouille

- Tu sais bien que je ne manquerai jamais une occasion de leur montrer qu'elles perdent leur temps en ma présence. Et puis c'est vrai, qu'est ce que tu ferais si je n'étais pas toujours là pour toutes les faire déguerpir ? Elle était mignonne celle-là, dommage qu'une fois encore elle n'avait pas l'air très fute-fute... Elle croyait pas déjà t'avoir dans sa poche j'espère ? Comment s'appelait-elle au fait ?

Alors là, elle lui posait une colle... mais elle marquait un point. Comment ferait-il si Pansy ne débarquait pas à point nommé pour le sortir des situations impossibles dans lesquelles il avait l'habitude de se fourrer ? Depuis son départ il avait appris à faire sans, mais il était heureux de constater que son alliée de toujours avait bel et bien revêtu son tablier, fidèle au poste. Elle avait un petit air exaspéré sur son minois, air sûrement causé par la candeur de la blondinette qui venait de quitter les lieux. Cet air-là avait tendance à rivaliser avec le sien lorsqu'ils étaient encore élèves à Poudlard, mais aujourd'hui il avait quelque chose de réconfortant. Sans l'anticiper, il lui adressa un sourire bienveillant qu'il n'offrait qu'à de rares privilégiés.

- Je disais donc que j'aurais bien aimé que tu me serves quelque chose de chaud s'il te plaît, reprit-elle, histoire de me réchauffer un peu parce que ça caille dehors...

- Ah, justement j'ai un thé vert à te faire goûter. Tu m'en diras des nouvelles... dit-il en s'éclipsant vers la cuisine si peu inaugurée.

Le thé vert, Drago n'aimait pas trop ça normalement. C'était excellent pour éliminer les toxines mais toujours un peu amer... sauf ce thé là, issu d'un producteur Anglais qui en avait fait sa fortune, ou plutôt un homme d'affaires exilé en Inde qui cultivait cet arbrisseau d'une main de maître. Ca avait le goût d'un thé noir particulièrement savoureux, les bénéfices du thé vert en plus. Il y avait aussi un mythe magico-bouddhiste tout autour comme quoi le breuvage se teintait d'une couleur différente au contact des lèvres de son buveur, et que cette couleur représentait son aura. Pour l'avoir testé lui-même, sa main dans la coupe de feu que Pansy adorerait.

- Drago ? l'interpella-t-elle alors qu'il était toujours affairé à chauffer de l'eau d'un coup de baguette magique. Comment se porte ton petit protégé québécois ? J'espère pour toi que tu t'en occupes bien...

Elle parlait du fameux pommier magique qu'elle lui avait offert en septembre dernier avant de s'éclipser comme une voleuse. Ce présent lui avait particulièrement fait plaisir d'ailleurs, et il n'avait pas eu l'occasion de la remercier proprement. Personne ne le connaissait mieux qu'elle, la preuve... Drago adorait les pommes vertes, bien vertes même. Son arbuste n'offrait pas encore de beaux fruits fluorescents mais d'ici un mois ou deux, l'affaire serait pliée sans problème. Il s'en régalait d'avance. Ca serait autre chose que les pommes délavées et sans saveur du marché du chemin de Traverse ! Non, on ne trompait pas un amateur de Granny...

La brune put certainement entendre un petit ricanement au loin avant de voir son hôte revenir vers elle, devancé par deux tasses fumantes et une théière en lévitation qu'il dirigeait du bout de sa baguette. Le pauvre chou avait quelques crampes aux mains après s'être montré un peu trop consciencieux dans la manipulation de ses potions la veille, alors il ménageait ses mimines.

- Parce que tu en doutes ?! dit-il faussement offensé en offrant l'une des deux tasses à la princesse. Figure-toi que je lui ai trouvé une place de choix.

Avec une certaine fierté, il désigna son balcon un peu plus loin. L'alchimiste avait l'habitude de stocker la plupart de ses plantes dans la pièce qui faisait office de laboratoire en vue de les utiliser pour ses expériences, mais il exposait les plus esthétiques sur ce modeste balcon. Enfin modeste... peu d'appartements du chemin de Traverse pouvaient se vanter d'avoir ne serait-ce qu'un balcon, et le sien était assez spacieux, mais jusqu'alors il n'avait connu que la surface verdoyante du manoir alors en comparaison, ce petit extérieur en milieu urbain était moins classieux.

Il se dirigea jusqu'à la grande baie vitrée, incitant son invitée à le suivre sans avoir à se geler les miches dehors, et montra du doigt l'une des plantes qui y trônaient.

- Tu vois l'arbuste derrière les Branchiflores ? C'est ton pote Québécois. Il se porte plutôt bien tu trouves pas ?

Il devait faire 90 centimètres à tout casser mais il lui restait un peu de place pour s'épanouir davantage durant les mois à venir, et il donnerait de très beaux fruits. Drago avait l'oeil pour ça. Son amie n'avait pas trouvé ça dans un bric-à-brac quelconque, elle avait bien cerné son client... Forcément, il avait pris un soin tout particulier à chouchouter son pommier magique. Il l'avait abreuvé d'eau tous les jours en veillant bien à ne pas le noyer, et y avait même ajouté quelques engrais miraculeux. Si le blond ne prenait pas toujours soin de ses conquêtes, il en était autrement pour ses plantes. La botanique n'était pourtant pas sa matière favorite à Poudlard, mais en grandissant il avait vite compris que les plantes constituaient des alliées de premier choix pour mener ses potions vers l'excellence, alors il avait appris à les chérir de tout son coeur.

- ...merci au fait.

Mieux valait tard que jamais.

- D'ailleurs ça me fait penser que j'ai aussi un truc pour toi.

Il s'en alla précipitamment vers sa chambre et en revint aussitôt muni d'une photo animée façon sorcier. Ce n'était pas réellement un cadeau qu'il voulait partager, mais davantage un souvenir. Cette photo, il ne l'avait découverte que quelques années plus tôt alors que Pansy batifolait déjà en Amérique du Nord. C'était Dennis Crivey qui la lui avait confiée en personne, le petit frère du défunt photographe Colin, l'une des nombreuses victimes de la guerre. L'ancien Serpentard n'avait jamais été proche d'aucun des deux durant sa scolarité, bien au contraire, mais après la mort de l'aîné, le plus jeune avait cru bon de restituer certains biens à qui de droit, comme un hommage en quelques sortes. Dennis l'avait contacté dans un élan un peu morne, spécialement pour lui offrir cette photographie qu'avait prise son grand-frère, sans doute pour lui montrer qu'après tant d'épreuves douloureuses les clivages n'étaient plus de mise. Sans trop comprendre, le blond avait fait profil bas, acceptant le présent dans une démarche silencieuse, laissant son venin au placard, toujours intimement rongé par la terreur d'une guerre trop récente. Et voilà qu'il la montrait à Pansy. Ca la concernait directement...

- Tiens, regarde ça, dit-il en lui tendant le cliché, scrutant minutieusement l'expression de son visage avant de pouffer dans une taquinerie amusée et presque nostalgique. Normal qu'on faisait des jaloux, tu nous as vus ?

Ils y apparaissaient tous les deux en grande discussion, attablés dans la Grande Salle du château non loin de Crabbe et Goyle, un jour quelconque de leur troisième année. Le bandage à son bras facilitait le repérage chronologique : le poulet d'Hagrid l'avait un peu amoché peu de temps avant, et il en avait exprimé toute la souffrance à sa partenaire de toujours. Sans même le savoir, la complicité des deux jeunes gens avait été capturée par l'objectif de Colin. Un né-moldu qui saisissait tout le monde avec son appareil, sans distinction, jusqu'à l'étouffement... Quand Drago avait découvert qu'eux aussi avaient été des "sujets", cela lui avait procuré un sentiment très étrange. Il était très reconnaissant d'avoir cette relique entre ses mains aujourd'hui, et ça lui semblait tout naturel de la partager avec son acolyte.

- Ca a été pris par Crivey, ponctua-t-il à la fois éteint et inexpressif, comme s'il faisait un constat au sous-entendu amer sans trop en dire.

Il revint ensuite se poser sur l'un des fauteuils du séjour, s'attendant à ce que la brune l'imite. Il avala une gorgée de son thé trop chaud qui lui brûla fatalement la langue, si bien que ses lèvres charnues se pincèrent légèrement. Sans s'éterniser sur cette douleur momentanée, il plongea son regard dans les yeux de la jeune femme.

Il y avait une question toute simple qu'il n'avait pas encore posée. Comment tu vas ? Jusqu'ici elle s'en était bien tirée. Miss Parkinson n'avait que très peu parlé d'elle, mais Malefoy était un serpent et le serpent avait un curieux pressentiment... Il se retint toutefois de la lui poser d'emblée, préférant attendre ses réactions au sujet de la photo, ou toute autre chose qui lui conviendrait d'aborder.


Codage par DM

Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Lun 22 Jan - 0:39

Improviste, mais toujours bienvenue

Ft Dragounet
Drago était parti préparer du thé, ce qui la surpris car, tout à l'opposé de la sorcière, le blond n'était pas accro à la boisson. Elle l'entendit ricaner au loin après qu'elle ait formulé sa question. A quoi devait-elle penser suite à ça ? Dans quel état allait-elle retrouver le petit arbuste ? Quelques instant après, le garçon revint, le thé en pleine lévitation devant lui, et lui servit une tasse.

- Parce que tu en doutes ?! S'indigna-t-il faussement. Figure-toi que je lui ai trouvé une place de choix.

La brune, amusée, observa dans la direction désignée par le sorcier et découvrit un balcon assez large pour un appartement du chemin de Traverse, débordant de verdure. Posant sa tasse sur la petite table, elle se dirigea à la suite de son ami vers la baie vitrée.

- Tu vois l'arbuste derrière les Branchiflores ? C'est ton pote Québécois. Il se porte plutôt bien tu trouves pas ?

En effet, derrière un paquet de plantes, on pouvait apercevoir un petit arbre qui avait fière allure. Pansy ne s'était donc pas trompée lorsqu'elle était entrée dans cette boutique à Montréal, c'était bien la meilleure du coin. Le pommier avait poussé à une vitesse hallucinante, comme l'avait prédit la vendeuse, et la jeune femme était sûre que dans peu de temps elle pourrait revenir goûter les fruits. Si Drago voulait bien partager... N'empêche, elle était drôlement surprise de découvrir ce nouveau côté main verte chez son ami.

- Je ne savais pas que tu aimais autant la botanique, murmura-t-elle épatée.

Pendant quelques minutes, ils restèrent silencieux à observer le jardin improvisé du fils Malefoy, quand ce dernier brisa le silence :

- Merci au fait.

Pansy lui adressa un grand sourire, puis une idée sembla frapper l'esprit du grand blond puisqu'il déclara rapidement :

- D'ailleurs ça me fait penser que j'ai aussi un truc pour toi.

Elle n'eut pas le temps de réagir qu'il avait déjà disparu au coin d'un couloir. Lorsqu'il revint une fraction de seconde plus tard, il tenait quelque chose dans ses mains, on aurait dit... une photo ?

- Tiens, regarde ça, dit-il en lui tendant le cliché.

La sorcière saisit l'image ensorcelée et le « o » que formèrent ses lèvres se transforma en sourire devant la scène qui se mouvait sous ses yeux. Elle était là, en compagnie de Drago à la table des Serpentard. C'était lors de leur troisième année si ses souvenirs étaient bons. Le blond s'était fait agresser par le maudit oiseau de leur imbécile de garde chasse. Elle se souvenait avoir eu terriblement peur lorsque l’hippogriffe s'était dressé sur ses pattes et avait manqué d'arracher le bras à son ami de toujours. Bien sûr, elle n'avait pas pu s'empêcher de réprimander après le Serpentard sur l'inconscience de ses actes, mais à l'instant de cette photo, elle ne montrait qu'une extrême compassion, toute à l'écoute de son camarade. Un sentiment nostalgique s'empara d'elle. Ils étaient si jeunes...

- Normal qu'on faisait des jaloux, tu nous as vus ? Pouffa le sorcier, sans pour autant la sortir de sa contemplation.

Un petit sourire germa sur les lèvres de la jeune femme. Ça c'était bien vrai, et des jaloux, ils en faisaient encore : la blonde en rogne de tout à l'heure en était bien la preuve.

- Ça a été pris par Crivey,
prit la peine de commenter le Serpentard.

Tout en continuant d'analyser chaque détail de la photo, elle fronça les sourcils :

- Crivey ? Interrogea-t-elle en suivant son ami vers les fauteuils. Le petit Gryffondor qui prenait des photos partout ? Je ne pensais pas qu'il s'intéressait à autre chose que le cercle de vie de Potter...

Malgré le ton sarcastique de sa voix, on pouvait détecter une teinte de mélancolie. Même si entendre le garçon parler du célèbre Elu à chaque coin de couloir l'avait longtemps exaspérée, elle lui était reconnaissante d'avoir immortalisé ce moment d'elle et Drago qui n'appartenait qu'à eux. Ils semblaient dans leur monde, coupés de tout, comme ils l'avaient toujours été lorsqu'ils passaient du temps ensemble.

- Mes cheveux étaient si courts !
S'exclama-t-elle en faisant plus attention à son physique.

Assise dans le fauteuil et passionnément absorbée par son observation de la photographie, elle ne songeait plus à boire une gorgée du thé fumant posé devant elle.

- Tu n'arrêtais pas de te plaindre ce jour-là,
commenta-t-elle amusée. Malheureusement, je ne sais pas si je serais capable d'autant de patience aujourd'hui. Qu'elle idée de foncer droit sur une bête soit disant domestiquée par ce gros balourd qui nous faisait cours...

Un souvenir lui revint en mémoire et elle étouffa un petit rire avant de le partager avec son acolyte :

- Je me souviens au moment de ce cours, on avait fait peur à Potter en lui faisant croire qu'il y avait des détraqueurs. C'était une bonne idée que tu avais eu, et ça avait été réussi !

Elle rendit le cliché à son camarade toujours le sourire aux lèvres.

- Merci... De me l'avoir montrée.

Ça lui avait fait du bien de revoir un tel souvenir. Jamais elle n'aurait imaginé que quelqu'un les ai pris en photo sans qu'ils ne s'en rendent compte et redécouvrir de tels moments, aussi banals soient-ils, faisait toujours plaisir. La brune décida enfin d'attraper la tasse et de la porter à ses lèvres, soufflant doucement dessus pour ne pas trop se brûler. C'était très chaud, mais supportable, et le goût du thé était délicieux.

- Où tu l'as déniché celui-là ? S'étonna-t-elle vivement. Toi qui n'est pas un grand amateur de thé... Ah, je sais ! C'est ta mère, n'est-ce pas ? Il est vraiment excellent ! Elle a toujours aimé les choses raffinées, ta mère... Bien évidemment, elle t'a obligé à le goûter, et tu l'as trouvé si bon que tu n'as pas pu t'empêcher d'avoir ton propre stock chez toi ! Naturellement, tu as jugé bon de le faire goûter à tes invités pour leur faire croire que tu étais un grand connaisseur dans les infusions, même si ce n'est pas trop le cas... J'ai pas raison ?

Elle fixait son camarade dans les yeux, un petit sourire au coin des lèvres. Ses proches étaient habitués à ce qu'elle s'emballe pour un oui ou pour un non, et une telle tirade enfantine pour une tasse de thé n'avait rien d'étonnant. Son regard dévia cependant sur un tas de papier posé sur un buffet un peu plus loin.

- Tiens, fit-elle remarquer de sa voix sarcastique. L'article de Skeeter... Elle n'a pas changée celle-là. J'ai trouvé ça à la fois scandaleux et amusant de lire toujours les mêmes discours frivoles de cette rubrique là.

Il était clair que pendant son séjour en Amérique, ce n'était pas Rita qui lui avait le plus manquée. Même si à Poudlard elle avait su faire des articles qui avaient mise la Serpentard en valeur, la journaliste ne s'était pas gênée pour la rabaisser après la guerre. Heureusement, les paroles futiles de l'employée de la Gazette ne l'atteignaient pas plus que ça et elle se fichait bien de ce qu'on pouvait dire sur elle dans cette rubrique. Après tout, il n'y avait que les idiots qui écoutaient cette femme. Pansy se rappela cependant que Drago non plus ne portait pas réellement la journaliste dans son cœur, ni l'ensemble du personnel de la Gazette. Les sourcils froncés, elle demanda, taquine :

- Mais je me demande bien ce que fait cet article dans cet appartement... Qui êtes-vous et qu'avez vous fait du grand Drago Malefoy ?

acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://magicneverdies.forumactif.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://magicneverdies.forumactif.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Mar 6 Fév - 0:24

Improviste, mais toujours bienvenue

ft. Pansouille

Ce cliché ne manqua pas de raviver quelques souvenirs aux deux amis, et Drago pouvait clairement lire un tendre amusement dans les yeux de Pansy.

- Tu n'arrêtais pas de te plaindre ce jour-là, commenta-t-elle. Malheureusement, je ne sais pas si je serais capable d'autant de patience aujourd'hui. Qu'elle idée de foncer droit sur une bête soit disant domestiquée par ce gros balourd qui nous faisait cours...

- J'étais intrépide, affirma-t-il sans mentionner la comédie qui avait suivi.

- Je me souviens au moment de ce cours, on avait fait peur à Potter en lui faisant croire qu'il y avait des détraqueurs. C'était une bonne idée que tu avais eu, et ça avait été réussi !

Il ricana. C'était un bon souvenir, en effet ! Elle lui rendit ensuite la photo.

- Merci... De me l'avoir montrée.

- Non, garde-là, insista-t-il.

Comme ça, si un de ces jours elle décidait de prendre la poudre d'escampette pour s'exiler vers une quelconque contrée, elle y réfléchirait peut-être à deux fois en voyant leurs deux minois.

- Où tu l'as déniché celui-là ? S'étonna-t-elle sans transition en goûtant son thé. Toi qui n'est pas un grand amateur de thé... Ah, je sais ! C'est ta mère, n'est-ce pas ? Il est vraiment excellent ! Elle a toujours aimé les choses raffinées, ta mère... Bien évidemment, elle t'a obligé à le goûter, et tu l'as trouvé si bon que tu n'as pas pu t'empêcher d'avoir ton propre stock chez toi ! Naturellement, tu as jugé bon de le faire goûter à tes invités pour leur faire croire que tu étais un grand connaisseur dans les infusions, même si ce n'est pas trop le cas... J'ai pas raison ?

Dans le mille... On ne la faisait pas à Parkinson ! Elle le fixait, droit dans les yeux, en attendant ses aveux. Avait-il vraiment le choix ?

- Ma mère a de bonne connaissances, on ne peut rien te cacher... Elle a du goût, mais hé, je te rappelle que c'est héréditaire ! Je te défends de lui en accorder toute la gloire !

Drago était comme ça. Un vrai fils à maman et fier comme un gamin.
Il nota l'attention de son amie dévier vers sa pile de journaux.

- Tiens, l'article de Skeeter... Elle n'a pas changée celle-là. J'ai trouvé ça à la fois scandaleux et amusant de lire toujours les mêmes discours frivoles de cette rubrique là.

Son regard s'assombrit instantanément.

- Ouais, se contenta-t-il de répondre froidement.

- Mais je me demande bien ce que fait cet article dans cet appartement... Qui êtes-vous et qu'avez vous fait du grand Drago Malefoy ?

- Pourquoi ça t'étonne ? Cet article parle de moi, alors il est là, répondit-il le plus naturellement du monde.

Une fois de plus il faisait passer ça pour du narcissisme, mais au fond c'était sa façon à lui de se réapproprier ce qu'on avait tenté de lui voler : son identité. Parmi d'autres gens, c'était lui qu'on mentionnait dans cet article. Quelque part, acheter le torchon qui l'hébergeait exorcisait cette mention, et à vrai dire en lisant cet article il avait presque haussé les épaules. D'habitude on le traînait dans la boue en faisant référence à son rôle dans la guerre, alors en comparaison la rumeur d'une prétendue relation avec une journaliste qui s'avérait être son amie était bien peu de choses.

- Puisque t'en parles, poursuivit-il l'air mystérieusement goguenard, parait que tu cherches quelqu'un à mettre dans ton lit ? Pansy Parkinson. Je suis offusqué. Depuis quand je ne vous suffis plus ?! J'ai bien l'impression que l'air canadien vous a donné des idées peu recommandables.

Il redevint sérieux deux secondes.

- Et alors, les recherches progressent ? Tu ne vas pas me faire croire que depuis que tu es rentrée tu n'as pas trouvé un volontaire. Nan, ça j'y crois pas Pans'.

Comme au bon vieux temps, il espérait qu'elle lui parlerait de sa prochaine cible, ou lui raconterait au moins son histoire avec la précédente. En public, Drago pouvait paraître fier, distant, désintéressé, imbuvable et détestable, mais dans l'intimité avec Pansy il était complice à la manière d'un meilleur pote et, presque secrètement, protecteur comme un grand frère. Il l'encourageait à s'amuser mais il assurait ses arrières. C'était plus fort que lui.


Codage par DM

Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Dim 11 Fév - 0:08

Improviste, mais toujours bienvenue

Ft Dragounet
Pansy nota l'air ronchon du blond au sujet de l'article de Rita. Elle opta pour ne pas le titiller d'avantage là dessus pour le moment, ne voulant pas se prendre le chou si vite avec lui alors qu'ils avaient des sujets plus importants à aborder.

- Puisque t'en parles, continua-t-il tout de même plus jovial, parait que tu cherches quelqu'un à mettre dans ton lit ? Pansy Parkinson. Je suis offusqué. Depuis quand je ne vous suffis plus ?! J'ai bien l'impression que l'air canadien vous a donné des idées peu recommandables.

La sorcière leva les yeux au ciel. Elle n'avait pas la moindre idée de qui avait lancé ce genre de rumeur à son sujet, d'autant plus qu'elle n'avait jusqu'à présent fricoté avec personne.

- Je me demande bien où Skeeter cours dénicher ses informations, répondit-elle d'un ton las. A moins qu'elle ne partage toutes les idées stupides qui traversent sa tête de hibou ?

S'il y avait bien une chose que la brune savait, c'était qu'elle n'irait pas quémander quoi que ce soit aux informateurs de Rita, ils n'en valaient pas la peine. A moins qu'elle n'arrive à leur subtiliser des infos sur la journaliste elle-même, ce qui pourrait être plus qu'intéressant...

- Et alors, s'enquit-il, les recherches progressent ? Tu ne vas pas me faire croire que depuis que tu es rentrée tu n'as pas trouvé un volontaire. Nan, ça j'y crois pas Pans'.

- Hé bien détrompe-toi ! Ricana-t-elle. Personne n'a mis un pied dans mon lit ! Je dis pas que personne n'a essayé... Mais je ne me permettrais pas de faire des infidélités au grand Drago Malefoy ! A la différence de lui, puisqu'il n'est visiblement pas toujours seul entre ces murs...

Même si ses propos étaient réprobateurs elle ne dissimulait pas son sourire amusé. Pansy reprenait volontairement le message qu'il avait fait passer quelques minutes plus tôt et s'amusait à retourner la situation. Elle avait toujours pris goût à faire ça, remettant toujours la faute sur les autres. Mais finalement, elle ne pouvait pas en vouloir à Drago d'apprécier les coups d'un soir, après tout, comment oserait-elle ?
Quelques instants après ce petit moment de rigolade, elle prit un ton plus sérieux. Profitant du sujet précédant pour enchaîner :

- En réalité, si je n'ai pas vraiment cherché « quelqu'un a mettre dans mon lit »,  c'est parce que j'étais plus occupée par ça...

Elle sortit de sa poche l'enveloppe qu'elle avait trouvé lors de cet après-midi à Portree, en compagnie d'Héra.

- Cela fait des mois que je n'ai plus de nouvelles de mes parents... Alors l'autre jour j'ai décidé de leur rendre une petite visite. Mais quand je suis arrivée au manoir, tout était sans dessus dessous, comme si quelqu'un était venu pour tout vandaliser à l'intérieur. Et bien évidemment, aucune traces d'eux. Tout ce que j'ai pu trouver c'est cette lettre, avec cette bague, et quelques unes de mes photos qui étaient restées en place. D'ailleurs, c'est les seules photos que j'ai retrouvé.

Sur la lettre, écrite de la main de sa mère, était justement expliqué qu'elle et son père lui léguaient la bague familiale. Et mis à part quelques recommandations inutiles du genre « fais en bonne usage », c'était tout. Pansy sortit alors la seconde lettre qu'elle avait sur elle :

- Celle-ci c'est la dernière que j'ai reçu d'eux alors que j'étais encore à Montréal. Je te la lis : Chère Pansy. Nous lisons avec joie les nouvelles que tu nous donnes, même si nous ne trouvons pas toujours le temps de te répondre convenablement. Ton père et moi sommes très occupés ces temps-ci, mais ne t'en fais pas, il n'y a rien de grave, les choses vont vite s'arranger et nous avons hâte de pouvoir à nouveau te compter parmi nous lorsque tu reviendras en Angleterre. J'espère que tu nous pardonneras cet écart. Affectueusement, tes parents.

Elle posa le parchemin sur la table et contempla son ami, tentant de déchiffrer quelque chose sur son regard, puis ajouta :

- Je ne comprends pas. J'essaie de faire un lien entre les deux, mais je n'arrive toujours pas à voir pourquoi tout à disparu au manoir sauf justement mes affaires, comme si tout ça n'avait rien d'un hasard... Qu'est-ce que t'en penses toi ?
acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://magicneverdies.forumactif.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://magicneverdies.forumactif.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Ven 16 Fév - 0:38

Improviste, mais toujours bienvenue

ft. Pansouille

A son grand étonnement, Pansy n'était pas encore partie en chasse depuis son retour.

- Hé bien détrompe-toi ! Personne n'a mis un pied dans mon lit ! Je dis pas que personne n'a essayé... Mais je ne me permettrais pas de faire des infidélités au grand Drago Malefoy !

Il ne put s'empêcher de bomber le torse à ces mots, même s'ils étaient pour rire.

- ...A la différence de lui, puisqu'il n'est visiblement pas toujours seul entre ces murs... rajouta-t-elle.

- Il faut bien que je m'occupe quand tu te fais désirer, rétorqua-t-il en faisant un clin d'oeil.

Ce qu'il adorait avec elle, c'était qu'elle rentrait toujours dans son jeu sans broncher, et sans crainte. Ce faux reproche était là pour le taquiner et il le comprenait comme une évidence. C'était un petit jeu entre eux, leur mode de communication, et ça n'entachait en rien la profondeur de leur amitié. C'était pur et spontané, presque innocent. D'ailleurs la brune retrouva bien vite son sérieux.

- En réalité, si je n'ai pas vraiment cherché « quelqu'un a mettre dans mon lit », c'est parce que j'étais plus occupée par ça...

Sa mine lui paru plus concernée tout à coup, et quand Pansy avait cet air-là, ça voulait dire que quelque chose la préoccupait malgré tous ses efforts pour le masquer. Lui pouvait le voir. A la suite de cette confession elle sortit une enveloppe de sa poche.

- Cela fait des mois que je n'ai plus de nouvelles de mes parents... Alors l'autre jour j'ai décidé de leur rendre une petite visite. Mais quand je suis arrivée au manoir, tout était sans dessus dessous, comme si quelqu'un était venu pour tout vandaliser à l'intérieur.

L'alchimiste fronça les sourcils. Ca avait l'air glauque son histoire, et il se demandait pourquoi il n'était au courant de tout ça que maintenant. Apparemment Pansy s'inquiétait en silence depuis un moment. Tout ce temps-là, au lieu de plaisanter et de parler de lui il aurait pu la soutenir, l'aider, être présent... La suite de l'histoire n'arrangea pas ce sentiment.

- ...Et bien évidemment, aucune traces d'eux. Tout ce que j'ai pu trouver c'est cette lettre, avec cette bague, et quelques unes de mes photos qui étaient restées en place. D'ailleurs, c'est les seules photos que j'ai retrouvé.

Il put lire une brève note de sa maternelle indiquant lui léguer la bague, qu'il fallait en faire bon usage, et d'autres recommandations plus évasives les unes que les autres... Alors qu'il pensait que c'était tout, Pansy sortit une seconde lettre.

- Celle-ci c'est la dernière que j'ai reçu d'eux alors que j'étais encore à Montréal. Je te la lis : Chère Pansy. Nous lisons avec joie les nouvelles que tu nous donnes, même si nous ne trouvons pas toujours le temps de te répondre convenablement. Ton père et moi sommes très occupés ces temps-ci, mais ne t'en fais pas, il n'y a rien de grave, les choses vont vite s'arranger et nous avons hâte de pouvoir à nouveau te compter parmi nous lorsque tu reviendras en Angleterre. J'espère que tu nous pardonneras cet écart. Affectueusement, tes parents.

Vraiment bizarre... Ce n'était pas le genre des parents de Pansy ce manque de considérations. Cette façon d'écrire ne leur ressemblait pas : à la hâte, comme s'ils étaient contraints par le temps, ou par quelqu'un. La brune qui devait bien voir le doute dans les yeux de son ami décida de le sonder frontalement.

- Je ne comprends pas. J'essaie de faire un lien entre les deux, mais je n'arrive toujours pas à voir pourquoi tout à disparu au manoir sauf justement mes affaires, comme si tout ça n'avait rien d'un hasard... Qu'est-ce que t'en penses toi ?

Drago se mordait l'intérieur des joues comme pour stimuler sa réflexion. Et si tout cela était lié à l'affaire de Gustav G et ses disciples ? Les parents de Pansy faisaient-ils l'objet d'un chantage dans ce cadre comme, peut-être, son père ? Devenait-il parano ? Devait-il inquiéter Pansy avec si peu d'informations ? Il opta pour la sincérité, comme toujours avec elle.

- Non c'est pas un hasard. Y'a quelque chose de pas normal dans tout ça... C'est comme s'ils étaient partis dans la précipitation, et tes parents disparaîtraient pas sans prévenir et sans rien te laisser d'autre qu'une bague, et... attends...

Il marqua une pause. Et s'il n'était pas parano et que monsieur et madame Parkinson avaient bel et bien été soumis à une quelconque forme de chantage ? Et que ceux-ci essayaient même de communiquer avec leur fille d'une manière détournée ?

- La bague... On te dit d'en faire bon usage. Tu l'as inspectée un peu ? Peut-être qu'elle cache quelque chose, comme un message ? Peut-être qu'ils essayent de communiquer et de te protéger...

Il refusait de lui raconter des salades. Pour lui, rien de tout ça n'était normal. Il lui parlerait plus amplement de son père et de la menace que lui-même avait reçu d'un prétendu disciple, mais actuellement il restait focalisé sur le cas de son amie sans surcharger ses soucis déjà bien plombants. Où étaient ses parents ? Pourquoi étaient-ils partis ? Pourquoi cette bague ? Ce n'était pas une coïncidence s'il ne restait que ça. Ca devait forcément constituer un indice capital.

Sans un mot, Drago qui était pourtant peu démonstratif serra sa main très fermement, et la relâcha presque aussitôt avec douceur sans la quitter des yeux, de ses prunelles revendicatives et décidées. Il ne l'enlacerait pas, ne l'encouragerait pas à s'effondrer. Elle était plus forte que ça Pansy, et l'expression de son regard couplée à la délicatesse de sa poigne suffirait à lui montrer son soutien, qu'il serait là peu importe ce qu'il en coûterait. Pour le moment, ils devaient garder les idées claires et réfléchir, définitivement pas se laisser abattre. Ensemble ils avaient déjà affronté pire, c'était pas le moment de paniquer.


Codage par DM

Voir le profil de l'utilisateur https://magicneverdies.forumactif.com/t190-drago-lucius-malefoy-alchimiste-pour-vous-servir-ou-pas https://magicneverdies.forumactif.com/t168-chemin-de-traverse-voliere-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/f263-cave-de-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t145-drago-malefoy https://magicneverdies.forumactif.com/t167-inventaire


profil +
Message
Re: Improviste, mais toujours bienvenue   Aujourd'hui à 0:46

Improviste, mais toujours bienvenue

Ft Dragounet
Alors que le blond réfléchissait, Pansy, impatiente, essayait de deviner à quoi il pensait. Inconsciemment, elle avait cessé de respirer, attendant son avis telle une sentence, et ne se relâcha que lorsqu'il reprit enfin la parole :

- Non c'est pas un hasard
, déclara-t-il. Y'a quelque chose de pas normal dans tout ça... C'est comme s'ils étaient partis dans la précipitation...

La sorcière ne savait pas si elle devait être soulagée de voir qu'ils partageaient le même avis ou au contraire laisser la panique l'emporter. Elle préféra taire pour le moment la boule de stress qui commençait à la gagner et écouta avec attention ce que son acolyte s'apprêtait à ajouter :

-... et tes parents disparaîtraient pas sans prévenir et sans rien te laisser d'autre qu'une bague, et... attends...

Pansy fronça les sourcils. Quoi ? Qu'est-ce qu'il y avait ? Mais par la barbe de Merlin, qu'il parle au lieu de se stopper net en plein milieu de sa phrase ! Cela ne faisait pourtant qu'à peine quelques secondes que le Serpentard s'était replongé dans sa réflexion mais cela suffit amplement pour que la brune ne tienne plus en place.

- La bague... expliqua-t-il. On te dit d'en faire bon usage. Tu l'as inspectée un peu ? Peut-être qu'elle cache quelque chose, comme un message ? Peut-être qu'ils essayent de communiquer et de te protéger...

Alors qu'il avançait dans sa thèse, les yeux de la jeune fille s'exorbitaient. Il n'avait pas fini qu'elle portait déjà son attention sur sa bague et la retirait de son doigt. Quelle sotte, pourquoi n'y avait-elle pas pensé ? Elle se giflait intérieurement, imaginant le pire qui avait pu se produire avec sa stupidité. Pourtant à l'instant suivant, elle sentit la main de Drago faire pression sur la sienne, stoppant son examen acharné et la montée de sa panique. Pansy releva les yeux vers le blond et le regard déterminé qu'il lui adressait chassa brusquement toutes ses craintes : elle savait alors que tant qu'il serait là, tout irait bien, elle ne serait jamais perdue, jamais seule.
Après l'avoir silencieusement remercié par un sourire, elle lui tendit la bague, estimant alors qu'il aurait un meilleur œil d'expert la dessus et qu'il devait sûrement avoir une idée derrière la tête. Le calme ayant reprit ses droits dans son esprit, la sorcière en profita pour resonger un instant à ses doutes, ses hypothèses, ses suspicions, et, ne souhaitant rien cacher à son ami, elle lui en fit part :

- Tu penses qu'ils essaieraient de me protéger ? demanda-t-elle d'une petite voix.

La fille Parkinson ne savait pas vraiment quoi penser de ça. Elle aurait aimé le croire, mais une partie d'elle lui soufflait que ce serait bien trop beau.

- Après la guerre,
raconta-t-elle,  ils m'avaient promis de ne plus jamais se mêler à des groupes d'adeptes de la magie noire, ils m'ont dit qu'ils regrettaient, qu'ils ne referaient plus jamais les mêmes erreurs. Puis je suis partie et lorsque je suis revenue et que j'ai retrouvé le manoir comme ça, j'ai d'abord pensé qu'il leur était arrivé quelque chose de grave, que quelqu'un ou quelque chose leur avait voulu du mal, mais après...

Pansy marqua une pause. Comment formuler ça ? Comment dire haut et fort qu'elle doutait à présent de ses parents, que s'il le faut, ils étaient revenus sur leur promesse, même si elle refusait d'y croire ?

- Je déteste cette idée, déclara-t-elle fermement, mais je ne veux écarter aucune hypothèse. Et si finalement, toute cette pagaille n'était qu'un artifice, pour faire croire à leur disparition ?

Dans un premier lieu, elle avait souhaité écrire un article dans la gazette pour signaler la disparition de ses parents. Mais après réflexion, cette hypothèse l'avait frappée et elle avait finalement renoncé à révéler au monde les problèmes de sa famille. Elle n'était pas assez informée et aurait pu les mettre en danger.

- Je sais qu'on pense la même chose Drago. L'hypothèse que mes parents aient rejoint Gustav G est indéniable. En plus, simuler une fausse d'altercation au manoir est carrément ingénieux et digne de mon père ! J'espère juste qu'ils savent ce qu'ils font et qu'on arrivera à élucider ce mystère avant qu'il ne se passe quelque chose de grave...


Maintenant que son moment de faiblesse était passé, la fille Parkinson était plus résolue que jamais. Pas un instant elle n'avait détaché son regard déterminé du grand blond et comptait bien en savoir plus sur cette histoire. Drago était son pilier et elle savait qu'ensemble, ils sauraient surmonter les obstacles. Elle n'en doutait pas une seconde.

acidbrain

Voir le profil de l'utilisateur http://magicneverdies.forumactif.com/t321-pansy-parkinson-de-retour-en-grande-bretagne http://magicneverdies.forumactif.com/t310-flagley-le-haut-o-pansy-parkinson http://magicneverdies.forumactif.com/f85-maison-de-campagne-de-pansy-parkinson


 
Improviste, mais toujours bienvenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule... mais toujours bavarde !
» Il fait beau, mais toujours trop chaud. [Fin]
» Il est sans coeur mais toujours lucide...
» Spectrale cheval des cow-boy mais, toujours libre.[fini ^^]
» Indris Telpërien, archimage d'air, aveugle, mais toujours canon! [Blanquette]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic Never Dies :: 
Coins populaires
 :: Chemin de Traverse :: Logements :: Drago Malefoy
-
Sauter vers:  
IRP Décembre 2005

Plan des quartiers