C'est avec la lumière qu'on chasse les ténèbres...



Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Les médias :: La Gazette :: Parutions
Partagez | 


profil +
Message
Chronique People - Les ragots de Rita   Dim 7 Jan 2018 - 20:13






C'est à croire que la neige n'a pas refroidi les plus grands colporteurs de ragots ce mois-ci ! Je n'ai cessé de me régaler de vos sournoises confessions, et je me frotte les mains d'avance à l'idée de lire les prochaines ! Rassurez-vous, tout restera entre nous. Je n'ai qu'une parole... Non ?

Pour ne pas changer, on va causer people. Qu'est-ce que ça veut dire, People ? Ce n'est ni plus ni moins qu'une étiquette pour désigner les gens connus que vous admirez, tout comme votre voisin de palier dont vous aimez secrètement vous moquer. People, c'est les gens, et Merlin sait qu'ils ont tant à nous offrir ! C'est une ressource inépuisable qui chatouille votre côté concierge, je le sais bien.

Ouvrons le bal avec le grand retour de Pansy Parkinson en septembre dernier ! Alors comme ça on fuit l'après-guerre et on revient sept ans plus tard la bouche en coeur pour déambuler dans nos locaux ? La lâcheté des Serpentard n'est donc pas une légende, merci de le clarifier ! Dites-nous, votre retour a-t-il été bien accueilli ? Avez-vous de grands projets ? A quoi se mesure votre ambition aujourd'hui ? D'après vos ennemis, à mettre au plus vite un homme dans votre lit... Sachez que les Anglais respectables ne s'éprennent pas des femmes aux moeurs légères. Et toc !

Depuis quelques temps, certains de nos sorciers ont pu remarquer une alliance bien peu commune : Drago Malefoy et Héra Greengrass. Ces deux ont commencé à se fréquenter suite à une prétendue interview. Si vous voulez mon humble avis de journaliste, l'interview n'était qu'une excuse pour les deux à fricotter ensemble. Ca ne peut être anodin. En plus, la Gazette n'a jamais publié l'ombre d'un article sur monsieur Malefoy. N'est-ce pas là une preuve évidente de ce qu'il se trame ? Et surtout, ils ont été vus à plusieurs reprises dans différents endroits du Londres sorcier ! Notons également leur apparition ici-même, dans les locaux du journal ! Vraiment ! On ne nous fera pas croire qu'il ne se passe rien. Alors chère collègue, accepterez-vous de nous en dévoiler plus sur cette relation que vous tenez à garder si secrète ?

Et puisqu'on parle de vous miss Greengrass, continuons sur notre lancée! Une source fiable nous a rapporté vos exactions oh combien affligeantes... Ne craignez-vous donc pas de perdre toute crédibilité dans nos locaux sachant que vous écumez les boîtes de nuit dans un état d'ivresse proche du coma ?! Est-ce bien là une attitude

représentative de notre image distinguée ou, plus largement, de la Haute ? Tenez-vous, bon sang ! Ce qui m'amène au point suivant: Mister Malefoy. Il parait que vous avez cautionné ce comportement, si ce n'est encouragé. Décidément, l'aristocratie relative à votre famille est belle et bien éteinte. Enfin, vous n'avez pas perdu au change ! Tout cela n'a pas empêché la présomptueuse Amaryllis Parkinson de vous gratifier de quelques attouchements déplacés ! Oh ! Cette fois je m'insurge ! Décidément c'est de famille. Enfin, Madame la juge ! Est-ce bien un comportement approprié pour une femme de votre âge ?! Vous n'avez plus 20 ans et pourtant, on vous voit constamment entourée de jeunes poulains. Faites attention, on pourrait vous soupçonner de pédophilie... Sérieusement, êtes-vous à ce point désespérée ? Avez-vous peur de flétrir comme une fleur inéluctablement démodée sous le coup assassin de notre ennemi le Temps ? Un conseil: ayez un peu de respect pour vous-même et trouvez-vous un mari !

J'ai aussi des espions au Chaudron Baveur, que croyez-vous ? On m'a dit qu'un tireur d'élite répondant au nom d'Alexander Avery avait versé une larme face à son ex. Bouh le fragile petit homme ! Voilà qui vous protège messieurs dames ! Des enfants ! Etes-vous rassurés face au danger qui plane au-dessus de vos têtes ? Pas vraiment ? Je me demande bien pourquoi... Que c'est pathétique ! Je n'irais pas jusqu'à critiquer la sélection douteuse du Ministère pour composer son équipe de duellistes hors-pairs mais... Ahem. Passons !

Attardons-nous maintenant sur Eden Taylor qui, elle aussi, traîne visiblement au Chaudron Baveur, parfois même pour interviewer les gens. C'est un choix particulier... Peut-on parler de professionnalisme ? Je ne pense pas. Toujours est-il que la misstinguette n'a pas su tenir sa langue... Enfin, miss Taylor !  Une journaliste ne parle jamais d'elle en poste, c'est une règle d'or ! Sachez que les murs ont des oreilles... Maintenant, tout le monde saura le peu d'estime que vous portez pour vos parents: vous les considérez comme des lâches. N'est-ce pas là un comportement ingrat que vous affichez quand ceux-ci cherchaient seulement à vous protéger ? Pourquoi la jeune génération s'évertue-t-elle à se poser en figure héroïque en contestant les choix de ses aînés ? C'est tellement facile... Mr et Mrs Taylor, où que vous soyez j'espère que vous ne lirez pas ces quelques lignes incriminantes.

Pour rester dans le registre des lieux miteux: c'est aux Trois Balais que nous avons pu voir Sélène Gaunt ruminer sur sa pauvre petite existence. Oui, il s'agit bien de la dernière plante issue de la maudite famille Gaunt, sortie de nulle part celle-là ! Alors Sélène ? Vous avez des choses à prouver ? Vous êtes une méchante ? Une gentille ? Tireur d'élite et chouiner dans les bars c'est votre couverture ou vous avez plus de virilité que votre collègue, celui que j'ai évoqué plus tôt dans cet article ? Seul le temps nous le dira !

Autre titre: Gabriel Truman, un homme très mystérieux. Il a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Même le ministère n'a pas su le trouver d'après les rumeurs. Et du jour au lendemain, le voici, se promenant à Pré-au-Lard comme si de rien n'était. C'est sans compter sur la belle esclandre de miss Lou Perkins que nous avons pu apprendre son retour aussi soudain que surprenant. Apparemment, il a quelques comptes à rendre. Malgré tout, on a pu sentir une certaine ambiance amoureuse entre les deux. N'est-ce pas chers amis ? Mais ce qui nous intrigue vraiment tous c'est: pourquoi a-t-il disparu ? Et pourquoi ? Pour résoudre ce mystère, je compte sur vous !

Que pouvons-nous dire sur Archie Newton ? Seulement qu'il se déplace beaucoup. Curieux pour un homme au chômage sans attache sentimentale (à en croire les rumeurs), n'est-ce pas ? Toujours est-il que si vous passez votre temps dans le wagon-bar du Home Express, vous risquerez fortement de le croiser. Cette nouvelle ne date pas d'hier et n'a pas grand intérêt, mais elle m'a été rapportée seulement maintenant et je trouve qu'elle montre parfaitement à quel genre de personnage nous avons affaire. Un petit curieux a vu cet homme montrer ses chaussettes à un illustre inconnu en posant son pied sur la table. Parfaitement ! L'espion n'a pas pu écouter la conversation mais si vous voulez mon avis, elle ne devait pas être très passionnante. Enfin, vous voyez le niveau ! Il a seulement constaté les motifs d'extraterrestres agités sur ces fameuses chaussettes. Bien. Cette dernière info me fait hausser les yeux au ciel... Un enfant. Vous êtes un enfant irrecupérable monsieur Newton. Ayez un peu de bon goût, par pitié !

C'est tout pour aujourd'hui ! Je ne peux qu'espérer des informations aussi vénimeuses à vous servir la prochaine fois, mais cela ne tient qu'à vous...
Novembre 2005 - [m'écrire] R. Skeeter

Voir le profil de l'utilisateur


profil +
Message
#2 Chronique People - Mièvre nouvel an   Ven 9 Mar 2018 - 20:42






Debout vicieux lecteurs ! Sous vos airs purs, je sais que vous m'attendiez au tournant... et me voici ! Croquez dans votre pancake et sirotez votre thé tant qu'il est encore chaud. Laissez ces lignes accompagner votre petit-déjeuner et vous n'en serez que plus rassasiés !

Comme vous vous en doutez, je me suis concentrée sur l'événement de cette fin d'année. Pensiez-vous que j'aurais manqué une occasion pareille d'alimenter ma chronique ? Evidemment non. Pour tout vous avouer, j'attendais beaucoup de cette soirée et j'ai bien failli être déçue. Heureusement, quelques uns d'entre vous m'ont aidée à dénicher du croustillant. Ils se reconnaîtront, et même si le talent vient majoritairement de ma plume je les remercie d'avoir été mes yeux et mes oreilles.

Si vous croyez que vos masques auraient suffi à vous épargner, vous vous méprenez ! Je sais tout, qui a fait quoi, comment, avec qui, et parfois même pourquoi.  Apparemment, vous avez décidé de retomber à l'époque de vos premiers émois et conflits puérils ! Comme un mauvais vaudeville que le théâtre du Londres Sorcier refuserait de mettre en scène pour garder sa crédibilité, si vous voulez mon humble avis. Avez-vous un peu d'estime pour vous-mêmes ? Croyez-moi, il y a de quoi se poser la question. Entre ceux qui changent de partenaire tous les quarts d'heure, les rivalités de seconde zone pour déterminer qui a les plus gros biscoteaux ou la poitrine la plus influente, et les pauvres demoiselles qui errent seules en attendant qu'on les remarque, je me suis demandée si je n'allais pas mourir d'ennui. Je ne suis pas venue pour assister au bal de Poudlard messieurs dames ! Pourtant c'est ce dont nous allons parler, je le crains.

Synthétisons. Trois groupes sont sortis du lot, menant trois valses d'amour et de désamour à en dégobiller son pudding.

Ce qui m'a tout de suite frappée, c'est ma petite collègue qu'Alexander Avery, en éternel cavalier solitaire (pour se donner un genre ? Pas du tout !), a laissée tomber après deux minutes chrono de banalités échangées. Ding ding ding ! Nous avons un record de râteau ! Alors Héra Greengrass, pas trop déçue ? La question qu'on se pose tous, c'est pourquoi avez-vous été mise sur le carreau aussi brutalement sans raison évidente ? J'ai mené mon enquête, et on dit que cela viendrait de votre robe, ou de votre mauvais goût, ou les deux. Je crois même avoir entendu dire que votre "personnalité insipide" était en cause... En ferez-vous quelque chose ? Il vaudrait mieux ma chère...

Ca ne vous a pas empêchée de courir tout droit vers Drago Malefoy avec un air de brebis égarée, n'est-ce pas ? Sous vos airs candides, seriez-vous une vile manipulatrice cherchant à piquer le cavalier de la juge Amaryllis Parkinson ? Monsieur Malefoy, il serait temps de vous décider entre les Parkinson et les Greengrass ! Et madame Parkinson, je vous avais prévenue : trouvez-vous un mari au lieu de convoiter les jeunes héritiers ! Votre prochaine cible porterait-elle le nom de Théodore Nott ? Probablement pas puisqu'il n'avait d'yeux que pour votre petite cousine, Pansy Parkinson. Parlons-en justement et analysons ces valses grotesques. Si j'ai bien suivi, chaque Parkinson avait son héritier pour échanger sa salive, et pendant que les héritiers se regardaient de travers, les cavalières en faisaient autant. Tout ça pour quoi exactement ? Si vous assumiez vos instincts primaires jeunes gens, vous vous en porteriez mieux ! Peut-être n'étiez-vous pas avec le bon ou la bonne et qu'au lieu de le reconnaître, vous vous êtes livré une bataille sans merci ? Quel âge avez-vous au fait ? Pour tout vous dire vous me donnez le tournis. J'en ai déjà assez de parler de vous, mais il y a tant à dire... Vous n'imaginez pas à quel point votre groupe incestueux a fait couler de l'encre. J'y reviendrai.

Au début de notre article, nous parlions de mauvais goût. Revenons-y. Parce qu’en toute franchise, en tant que rédactrice, je me dois de décerner la palme à un trio : Evan Jones, Jade Allister et Archie Newton. Entre un paysan, une reine médiévale et un viking, j’en suis venue à me demander si c’était une bande d’illettrés. L’invitation disait bien tenue élégante dans mon souvenir. A côté de ça, on a pu éviter l’exhibition outrancière des chaussettes de monsieur Newton. Malgré tout, ce trio ne s’est pas seulement fait remarquer pour ses tenues atypiques (et surtout affreusement désolantes) mais parce que monsieur Jones s’est pris pour le Roi de la soirée. Ne vous a-t-on jamais dit qu’il fallait le consentement de ces dames pour s’afficher avec elles ? Astrrrid Olsen n’avait pas l’air trrrès emballée. Un véritable goujat, un ennemi du genre féminin, tout simplement ! Si vous voulez mon avis, il s’entoure de petites nénettes naïves du genre à miss Allister pour satisfaire son complexe (et son ego). Oh, et mademoiselle Eden Taylor, ne vous a-t-on pas dit qu'il n'était pas sain de voir sa psychomage en dehors des heures de consultations ? Vous, la rédactrice de la rubrique Faits divers, allez faire les gros titres en vous montrant dépendante de celle qui essaie de vous rendre plus humaine. Un comble !

Lors de cette soirée riche en enfantillages, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer deux âmes solitaires. Sélène Gaunt et Juliet Ollivander. J’ignore si c’est à cause de leurs noms riches en histoires, mais toujours est-il qu’elles sont venues sans cavalier. J’aurais bien envie de dire que vus les cavaliers présents, ce n'était peut-être pas un mal d’être venues seules. Tout ce que je sais, c’est qu’elles ont eu l’occasion de sympathiser. De quoi ont-elles pu discuter ? Si vous voulez mon avis (et même si vous ne le voulez pas, je le donnerai quand même), ça ne devait pas être très intéressant. Aucun potin de ce côté, décevant, je suis d’accord.

Retournons donc du côté de la bande incestueuse puisqu'elle s'est débrouillée pour canaliser toute l'attention, toujours dans l'extravagance malgré une prétendue maîtrise de ses états d'âme. Tout à l'heure, je vous parlais de Pansy Parkinson et son cavalier, Théodore Nott. D'après mes sources, après avoir essuyé plusieurs refus dus à, je cite, "sa tête de Pékinois", elle l'aurait payé très cher pour qu'il daigne l'accompagner. Un Pékinois qui trouve son chien pour la soirée, c'est original vous ne trouvez pas ? Il parait que Drago Malefoy s'en est fortement amusé lui aussi, si bien qu'il aurait abandonné sa cavalière trop âgée pour avoir le loisir de s'en moquer. Quelles manières peu distinguées ! Ne serait-ce pas le résultat d'une jalousie mutuelle au fond ? Personne n'a pu manquer leur dispute et nul ne sait si les deux amis se sont réconciliés depuis ou s'ils ont fini par se montrer l'étendue de leur haine à la manière biblique. A ce propos on les soupçonne d'avoir déjà consommé à Poudlard mais rien n'est moins sûr. Vous en savez quelque chose vous ? Et Héra Greengrass dans tout ça, elle butine. Après Avery et Malefoy, elle bat des cils pour un vendeur de sucreries, Charlie H. Walsh. On a senti les coeurs palpiter pendant une danse, et des balbutiements semer le trouble. Serait-ce une diversion ou le début d'une romance passionnée ? Affaire à suivre.

Entre toutes ces péripéties, on a vu Alexander Avery quitter prématurément la soirée en broyant du noir, fidèle à lui-même, sans dire un mot à personne. Monsieur Avery, pour s'intégrer il faut échanger, sinon vous serez toujours à la traîne et, à défaut de vous plaindre, on vous sifflera ! A trop dénigrer les autres pour récolter leur manque d'intérêt, vous risqueriez d'obtenir gain de cause. Méfiez-vous !

Je dois vous parler d'une dernière chose mais je crois que devrais m'abstenir. Je n'ai pas le choix, ce n'est pas mon domaine. Ne vous inquiétez pas, ce que je sais sera de toute façon relayé par les supports appropriés, sur d'autres médias. Moi, je me cantonne à vos histoires et m'en porte bien. Pour la suite, restez attentifs ! Votre petit monde risque de basculer, c'est une certitude.
Janvier 2006 - [m'écrire] R. Skeeter

Voir le profil de l'utilisateur


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Magic Never Dies :: 
L'élite & les rouages
 :: Les médias :: La Gazette :: Parutions
-


Sauter vers:  
IRP - 2e partie de Février 2006

Plan des quartiers